Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

François Fillon vainqueur de la primaire de la droite et du centre : les réactions en Isère

lundi 28 novembre 2016 à 1:38 Par Julien Morin, France Bleu Isère

François Fillon sera le candidat de la droite à la prochaine élection présidentielle. L'ancien premier ministre a largement remporté (66,5%) la primaire devant Alain Juppé (33,5%). En Isère, la tendance nationale est respectée. Réactions des élus du département après cette élection.

François Fillon lors de son discours de remerciement après sa victoire
François Fillon lors de son discours de remerciement après sa victoire © AFP - Eric FEFERBERG

Isère, France

Ce n'est pas vraiment une surprise : François Fillon a remporté dimanche soir la primaire de la droite et du centre confirmant son score du premier tour. Il l'emporte largement, même si les résultats sont encore provisoire, avec plus de 66% des voix, contre 33% à Alain Juppé. En Isère tous les bureaux ont été dépouillés, et le département suit presque parfaitement la tendance nationale avec 67,3% des suffrages pour François Fillon contre 32,7% à son rival.

Tendance nationale respectée à Grenoble : 67,3% pour Fillon, 32,7% pour Juppé

En tout 76 403 bulletins ont été déposés dans les urnes Iséroises. Large victoire de François Fillon un peu partout, sauf à Grenoble, où l'ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy s'est imposé, mais avec beaucoup moins d'écart. Par exemple, au bureau de vote Clémenceau, Fillon ne s'impose que de 14 voix. Au bureau Berriat, son avance n'est que de cinq bulletins.

"La victoire d'une campagne de terrain", pour Michel Savin, maire de Domène et sénateur de l'Isère

  • Réaction de Michel Savin, maire LR de Domène, sénateur de l'Isère et soutien de François Fillon : "Satisfaction, surtout pour tous ceux qui m’ont accompagné dans cette campagne. C’est une belle récompense mais ce n’est qu’une première étape, il faut maintenant travailler avec la grande famille de la droite et du centre pour l’élection présidentielle […] Il y a quelques mois on était encore pas très nombreux, on y a cru car lui y croyait. C’est vrai que ce travail de fond, de terrain, écouter les critiques […] on a mis en place une campagne de terrain, du tractage, phoning, réunions d’appartements, présence sur les marchés. Ce n’était pas gagné d’avance et c’est une très belle satisfaction."

  • Réaction de Richard Cazenave, conseiller municipal LR à Grenoble et soutien d'Alain Juppé : "Ce qu'il sera difficile à oublier ce sont les attaques contre Alain Juppé, mais ce n'est pas François Fillon qui en est le responsable. Je crois qu'il faut que nous sachions dépassé cela. Aujourd'hui c'est François Fillon qui est notre candidat, c'est avec lui que nous devons travailler. Il appartient à François Fillon maintenant de nous dire quel contour il entend donner à la future majorité. Quelle part respective il entend donner aux idées des uns et des autres. Quel soutien il entend avoir lors des élections législatives. c'est une question qui est importante surtout ici en Isère car les juppéistes à ce jour ont été assez écartés de l'investiture des Républicains."

"Je crains qu'il change de posture en fonction du sens du vent", pour Thibaut Monnier, secrétaire départemental Front national

  • Réaction de Geneviève Fioraso, députée PS de l'Isère : "La droite a choisi son candidat. C'est un candidat conservateur, c'est un candidat qui a affirmé sa foi dans une France souveraine. Pas un mot sur l'Europe, pas une projection pour les jeunes dans un avenir de modernité et d'espérance. [...] Je pense que notre campagne doit se faire sur nos valeurs : les valeurs de la sociale-démocratie, les valeurs d'ouverture, de justice. Et moi quand j'entend la suppression de 500.000 fonctionnaires, je me dit que l'hôpital, l'école auraient du soucis à se faire si ce candidat était élu."

  • Réaction de Thibaut Monnier, secrétaire départemental du Front national : "C'est une bonne chose que la droite ait son candidat : ça permet au FN de se positionner. Mais peut importe que ce soit François Fillon ou Alain Juppé. Tout deux portent les vices du programme centriste et de l'UMP qui a porté la France à la catastrophe depuis de nombreuses années. Un programme multi-culturel, migrationniste et mondialiste. [...] C'est pas le Front National qui va s'adapter. Nous notre ligne nous l'avons construite depuis 40 ans, et quand on entend Mr Fillon rappeler qu'il veut changer de logiciel, eh bien il serait temps. Moi je crains qu'il change de posture en fonction du sens du vent comme Sarkozy en 2007. [...] Je crains qu'il nous fasse une entourloupe s'il arrivait au pouvoir lors de la prochaine échéance."

  - Visactu
© Visactu -
  - Visactu
© Visactu -
  - Visactu
© Visactu -