Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

François Hollande : "Des regrets" sur les deux premières années, "aller plus vite" sur les trois prochaines

- Mis à jour le -
Par France Bleu

Le président de la République avait, ce mardi, choisi de s'exprimer à l'occasion du deuxième anniversaire de son élection. François Hollande a reconnu des erreurs dans ses promesses de campagne, mais assure ne pas avoir changé de politique en début d'année. Il évoque une "accélération" de la politique, et a promis des allègements fiscaux au 1er janvier 2015.

François Hollande, ce mardi 6 mai, sur le plateau de BFM TV
François Hollande, ce mardi 6 mai, sur le plateau de BFM TV - - Capture d'écran

> LA QUESTION DU JOUR : François Hollande peut-il encore réussir ? Vos appels au 0810 055 056 (coût d'un appel local) ou sur la page Facebook de France Bleu

François Hollande est-il déçu par François Hollande ? "Impatient, mais pas déçu ", a répondu le chef de l'Etat à Jean-Jacques Bourdin, ce mardi matin sur BFMTV et RMC. Le Président était invité à l'occasion du deuxième anniversaire de son élection, le 6 mai 2012. A propos de son élection, François Hollande explique : "Si j'ai gagné, ce n'est pas parce que j'avais un programme étincelant, c'est parce que mon prédécesseur avait échoué ". 

> A LIRE ET REGARDER AUSSI : Les temps forts des deux premières années de François Hollande à l'Elysée, en dix vidéos

Le président de la République a en outre reconnu "ne pas avoir suffisamment parlé " de la situation grave de la France durant la campagne électorale de 2012. "Un point pas suffisamment souligné, c'est la perte de la compétitivité française ", a déclaré le Président. "Bien sûr, j'ai des regrets sur ces deux premières années, j'aurais pu aller plus vite " , reconnaît François Hollande, qui demande toutefois à être jugé à la fin de son mandat et non au bout de deux ans.

"Il ne me faut aucune indulgence, et en même temps, je demande à être jugé à la fin" — François Hollande, mardi 6 mai au matin

"Je ne suis pas là pour gérer les affaires courantes "

Interrogé sur son "changement de politique " amorcé le 14 janvier dernier lors de sa grande conférence de presse, François Hollande a réfuté le terme de "changement" : "Non, je n'ai pas changé de politique (...). Le 14 janvier, j'ai dit qu'il faut aller encore plus loin, encore plus vite. Il y a un approfondissement, une accélération, parce que je veux des résultats ". "On va aller plus vite ", a martelé à plusieurs reprises le président de la République. 

Sur le remaniement, le chef de l'Etat a confirmé l'importance du résultat des élections municipales dans la décision de remanier : "Une sanction a été prononcée. Je l'entends. Je salue ce qu'a fait Jean-Marc Ayrault, c'était important pour le pays. Mais aujourd'hui, Manuel Valls, avec une équipe resserrée, peut faire le nécessaire ", a-t-il expliqué. Il assure être à la tête de la France pour faire avancer le pays, "pas pour gérer les affaires courantes ".

Les élections territoriales décalées en 2016 ?

François Hollande est revenu sur les mesures fiscales déjà évoquées par Manuel Valls lors de son discours de politique générale. Il pose deux échéances : en septembre, "il y aura une révision du barême de l'impôt sur le revenu " . Et au 1er janvier 2015, "les salariés entre 1 SMIC et 1,3 SMIC auront trois points de cotisation en moins, c'est trois points de pouvoir d'achat en plus ; et pour l'employeur qui a un salarié au SMIC, il n'y aura aucune cotisation sociale ". 

L'autre grande réforme évoquée par le chef de l'Etat, c'est le redécoupage territorial. "Onze ou douze régions, ce pourrait être le bon découpage ", explique-t-il. Il a également évoqué la possibilité d'un décalage des élections territoriales – prévues pour l'heure en 2015 : "Ce serait intelligent de faire des élections régionales et départementales avec le nouveau découpage ", a-t-il déclaré.

En tout état de cause, le Président a réitéré sa promesse faite lors de son déplacement à Clermont-Ferrand, mi-avril. Il exclut une nouvelle candidature en 2017 s'il ne parvient pas à faire baisser le chômage : "Comment voulez-vous qu'à la fin du mandat, si j'ai échoué, je puisse dire que j'ai la solution pour la suite ? ", a-t-il déclaré. Mais au même moment, l'OCDE donnait ses prévisions pour les années à venir : l'organisation internationale n'attend pas d'amélioration avant la fin 2015, et encore, de façon très marginale. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess