Politique

François Hollande : "L'avenir de la Normandie contribuera à l'avenir de la France"

Par Bénédicte Courret, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Cotentin, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu jeudi 3 novembre 2016 à 10:19 Mis à jour le jeudi 3 novembre 2016 à 18:48

Première étape de la visite de François Hollande ce jeudi en Normandie : le chantier de l'usine des Maîtres Laitiers du Cotentin, dans la Manche.
Première étape de la visite de François Hollande ce jeudi en Normandie : le chantier de l'usine des Maîtres Laitiers du Cotentin, dans la Manche. © AFP - Charly Triballeau

François Hollande était dans la Manche et dans le Calvados ce jeudi. Une visite sur les thèmes de la production laitière et de la recherche où le président de la République a vanté les atouts de la Normandie en matière de recherche et d'innovation.

François Hollande visitait ce jeudi 3 novembre 2016 des sites symboles des atouts de la région Normandie. Une façon d'illustrer "la réussite de la réforme régionale" confiait le président de la République à Ouest-France ce mercredi.

Ce jeudi à partir de 11h, il a fait une première étape dans la Manche, sur le chantier d'une nouvelle usine de la coopérative des Maîtres Laitiers du Cotentin. L'usine doit produire du lait infantile à destination de la Chine et, de façon générale, la coopérative manchoise est présentée comme un modèle de développement économique.

Un ancrage local et une ambition mondiale"

Dans son allocution ce jeudi matin, le chef de l'État la décrit comme "une entreprise exceptionnelle qui crée une usine exceptionnelle". Il poursuit dans le registre des félicitations : "Si les producteurs ont pu tenir dans une période difficile, ils vous le doivent." Le président de la République qui plaide pour que ce modèle fasse des émules dans d'autres régions.

En plus des 700 emplois déjà rassemblés au sein de la coopérative, 250 emplois seront créés avec l'ouverture de l'usine en avril 2017. "Votre force est d'avoir un ancrage local et une ambition mondiale. Quel serait l'avenir de votre entreprise sans un marché mondial ?" Parallèlement à la visite présidentielle, la conseillère "agriculture" du chef de l'Etat rencontre les représentants du syndicat agricole FDSEA dans la ville voisine de Carentan.

Les radios locales tenues à l'écart

Le reporter de France Bleu Cotentin, comme d'autres confrères de la presse locale normande, n'a pas été autorisé à suivre la visite du chef de l'État dans l'usine des Maîtres Laitiers du Cotentin ni même à approcher François Hollande pour l'interroger : la presse est très encadrée pour ce déplacement.

Prix Nobel, physique nucléaire et dispositif de sécurité impressionnant à Caen

La suite de la journée est largement orientée "recherche". A Caen (Calvados), François Hollande inaugure ce jeudi Spiral 2, un nouvel outil de recherche sur l'atome installé au sein du Ganil (Grand accélérateur national d'ions lourds). Le dossier est un peu technique mais ce lieu attire chaque année des centaines de chercheurs du monde entier. Le chef de l'État salue "l'excellence scientifique française" et affirme : "L'avenir de la Normandie contribuera à l'avenir de la France."

La sortie de crise dans la recherche"

Par aileurs, François Hollande a déjeuné à l'Institut Mémoire de l'édition contemporaine et il clôt un colloque organisé à l'université de Caen. Plusieurs scientifiques de différents horizons participent à ce colloque dont un prix Nobel de médecine et un prix Nobel de physique.

"La compétitivité d'un pays passe par le rayonnement scientifique, par notre capacité à innover" affirme le président. "La sortie de crise se trouve dans la recherche" ajoute-t-il. Lors de son discours, François Hollande a proposé de porter de 2,25% à 3% en dix ans la part du produit intérieur brut (PIB) consacrée à la recherche et au développement.

Sécurité renforcée

Le chef de l'Etat était également attendu par des manifestants. Plusieurs appels au rassemblement étaient lancés par les opposants au mariage pour tous et par les anti-loi Travail. Les abords des sites qu'il visitait étaient donc placés sous surveillance depuis ce mercredi.