Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

François Hollande et Nicolas Sarkozy réunis pour les cérémonies du 11 novembre

mercredi 11 novembre 2015 à 10:28 - Mis à jour le mercredi 11 novembre 2015 à 15:04 Par Julien Baldacchino et Julie Guesdon, France Bleu

François Hollande a présidé mercredi sur les Champs Elysées à Paris les traditionnelles cérémonies de commémorations de l'armistice du 11 novembre 1918, en présence inédite de son prédécesseur Nicolas Sarkozy qui a accepté pour la première fois l'invitation du Président.

Nicolas Sarkozy et François Hollande, en février dernier
Nicolas Sarkozy et François Hollande, en février dernier © Maxppp

Le chef de l'Etat François Hollande a commémoré ce mercredi les 97 ans de l'Armistice de la Première guerre mondiale, signé le 11 novembre 1918. Devant l'Arc de Triomphe de Paris, le Président a salué les anciens combattants présents, médailles sur la poitrine et drapeaux en mains, puis les familles et proches des quatre soldats décédés, embrassant leur mère ou épouse. 

Il s'est ensuite rendu à la tribune officielle, où, parmi un parterre de nombreux invités, il a serré directement et brièvement la main de son prédécesseur Nicolas Sarkozy, qui avait accepté cette année l'invitation protocolaire à la cérémonie. 

Nicolas Sarkozy présent pour la première fois

C'est la première fois depuis la fin de son mandat que l'ancien président de la République participe à cette cérémonie. En tant qu'ancien chef de l'Etat, il avait été invité à chaque fois par l'Elysée, mais avait jusqu'à présent toujours décliné l'invitation. En 2012 et 2013, il était "en retrait de la vie politique", rappelle son entourage, alors que l'an dernier il était en pleine campagne pour la présidence de l'UMP (devenue Les Républicains depuis). 

"L'ancien chef de l'Etat doit pouvoir être convié et avoir toute sa place dans ces grandes cérémonies républicaines"

— Bruno Le Roux, chef de file des députés socialistes

"Il est normal" qu'il soit présent à la cérémonie de commémoration, a expliqué son entourage, en raison de ses "engagements vis-à-vis des Français". Les deux chefs d'Etat avaient manifesté ensemble lors de la Marche républicaine organisée le 11 janvier dernier après les attentats de Paris. Ils s'étaient retrouvés également le 3 février pour rendre hommage aux victimes du crash d'un avion militaire en Espagne. 

"Il (M. Sarkozy) est là aujourd'hui, très bien !", a commenté M. Hollande, interrogé par la presse avant le début des commémorations. "Moi je souhaite que ces cérémonies soient des cérémonies de rassemblement, de réunion au-delà des clivages (...). Nous sommes tous ensemble par rapport à ces enjeux". 

Détendu et souriant, M. Hollande s'est offert un bain de foule avec des membres du public, très calme, autour de la place de l'Etoile, serrant de nombreuses mains, avec parfois un rapide petit mot pour son interlocuteur ou se faisant prendre en photo avec des écoliers. Pas d'applaudissement nourri ni de sifflet, les cérémonies, classiques, se sont déroulées très sobrement, sous le regard de quelques milliers de spectateurs, canalisés sur les trottoirs des Champs Elysées par un lourd dispositif de sécurité.