Infos

François Hollande n'est pas candidat : réactions politiques en Moselle

Par Benjamin Bourgine, France Bleu Lorraine Nord jeudi 1 décembre 2016 à 22:34

François Hollande, à la télévision, jeudi 1er décembre 2016
François Hollande, à la télévision, jeudi 1er décembre 2016 © Radio France -

Il a pris tout le monde de court hier soir. François Hollande a annoncé à 20h en direct qu'il n'était pas candidat à sa succession. Voici quelques réactions de figures du monde politique en Moselle.

Patrick Weiten, président UDI du Conseil Départemental de la Moselle : " Il a quand même mis à mal la fonction présidentielle. Aujourd'hui s'il y a cette crise de confiance, il en porte une part de responsabilité. Ce ne sont que les forces de la Droite et du Centre qui peuvent représenter une véritable alternance républicaine à la tête du pays ".

Réaction de Patrick Weiten, président du Conseil Départemental de la Moselle

Richard Lioger, soutien en Moselle d'Emmanuel Macron, pour le mouvement "En Marche!" : " C'est pas un événement, il n'y avait pas d'autres solutions. Sinon, c'était l'échec assuré, soit dans la primaire, soit devant les français. Mais en plus, c'est pas un vrai problème. C'est pas Hollande ou Valls, le problème, c'est quelle politique et pour quoi faire, qui compte. Nous avec Macron, on a une autre idée, on veut faire autre chose. Et c'est sur ce débat-là qu'on verra dans la primaire et ensuite comment se positionnent les uns et les autres ".

Richard Lioger, soutien d'Emmanuel Macron en Moselle

Dominique Gros, le maire de Metz : " Je pense qu'on rendra hommage à François Hollande pour beaucoup de décisions qu'il a prises. La démocratie, c'est très dur, et là François Hollande était sur un toboggan. Plus rien ne pouvait accrocher l'opinion. C'est une décision sage, qui est dans l'intérêt de la gauche et dans l'intérêt du pays ".

François Hollande était sur un toboggan - Dominique Gros

Dominique Gros, le maire de Metz salue la décision du Président

François Grosdidier, sénateur-maire (Les Républicains) de Woippy : " C'est l'échec d'un quinquennat, ça ne résout pas le problème de climat délétère, puisque ça ouvre une guerre de succession dès demain. On est peu inquiet quand on voit déjà les ministres se lancer dans des spéculations. Il y a des anciens ministres qui le combattaient déjà. Et puis il y a des encore-ministres qui étaient dans les spéculations sur les alternatives. Ils seront beaucoup plus mobilisés là-dessus que sur l'exercice de l'Etat ".

François Grosdidier, sénateur-maire de Woippy

Partager sur :