Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

François Hollande sur France Bleu Breizh Izel : "Trop de choses sont confiées à l'Etat, pas assez aux maires"

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu

L'ancien président de la République rencontre les collégiens bretons cette semaine. Il réagit à la crise sanitaire et économique sur l'antenne de France Bleu Breizh Izel. Et plaide notamment pour plus de souplesse en confiant certaines décisions aux élus locaux.

François Hollande
François Hollande © Radio France -

François Hollande est parti à la rencontre de collégiens bretons cette semaine (ce mardi à Pontivy et Quimper, ce mercredi à Brest). L'ancien président de la République vient de publier "Leur État... expliqué aux jeunes et aux moins jeunes", un livre illustré qui veut démocratiser l'éducation civique. 

Un besoin de pédagogie dans le récent contexte terroriste avec l'assassinat du professeur Samuel Paty : "Ce livre avait été écrit avant le second confinement. Il n'y avait pas de lien avec l'attentat contre Samuel Paty" confie François Hollande. "Mais il reste que ce sont des thèmes que j'évoquais dans ce livre. L’État et les enseignants doivent avoir un comportement de neutralité et transmettre un savoir et les valeurs de la République ou la laïcité." Un sujet que l'ancien Président veut rendre plus concret : "Les élèves me posent toute une série de questions sur la laïcité, la démocratie, la République. J'essaie de rendre ces choses là concrètes pour dépasser ce qui peut être une abstraction."

Plus de souplesse dans la gestion sanitaire

François Hollande ne veut pas accabler le gouvernement dans la gestion d'une crise sanitaire "inédite". Selon lui, le rebond de l'épidémie a rendu ce reconfinement "nécessaire" mais il pointe certaines décisions : "J'ai estimé et je ne suis pas le seul qu'il y aurait pu avoir une autorisation pour les libraires ou pour les magasins qui travaillent sur rendez-vous comme les coiffeurs. Je pense que le gouvernement y viendra, il faut être souple." Une souplesse qui serait rendue possible selon lui par un meilleur partage des décisions entre les strates de l’État : "Le problème c'est que trop de choses sont confiées à l’État et pas assez aux maires."

2022 ? Pas le moment ! 

Et puis ce retour médiatique pose forcément la question d'un retour politique alors que se profile déjà l'élection présidentielle 2022. François Hollande refuse de se prononcer sur son rôle éventuel, pas le moment alors qu'il est tourné vers la transmission : "Je pense que ce n'est pas le moment avec cette crise sanitaire et cette crise économique qui est profonde bien que souterraine. Il faut d'abord faire preuve d'unité nationale, les Français ont d'autres choses à l'esprit.

L'ancien président n'en oublie pas la nécessité pour le PS de se mettre en ordre de bataille et ne se prive pas d'une pique envers Jean-Luc Mélenchon, candidat déclaré, à gauche : "Il faut que la gauche du gouvernement et pas celle qui est simplement dans l'incantation, se prépare. Pour l'instant le travail n'est pas suffisant. Il faudra qu'une grande force politique se lève pour porter un projet." Reste à savoir quel rôle il entend jouer au milieu de Ségolène Royal ou Anne Hidalgo, deux autres poids lourds socialistes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess