Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

François Hollande a visité l'entreprise MBDA à Bourges, le leader mondial du missile

-
Par , France Bleu Berry
Bourges, France

Le jeudi 27 avril 2017, le président de la République a fait sa première visite en Berry depuis son élection. Dans l'entreprise MBDA, à Bourges, François Hollande a parlé défense et emploi. L'occasion de défendre son quinquennat.

François Hollande a visité l'entreprise MBDA à Bourges (Cher), le leader mondial du missile
François Hollande a visité l'entreprise MBDA à Bourges (Cher), le leader mondial du missile © Radio France - Armêl Balogog

François Hollande n'a pas d'héritier officiel dans la campagne présidentielle de 2017. Les candidats ne se sont pas battus pour revendiquer son quinquennat. Alors, depuis plusieurs semaines, lors de ses déplacements, le président de la République a commencé à défendre lui-même son bilan. La visite dans l'entreprise MBDA à Bourges, dans le Cher, n'a pas fait exception.

Le chômage et l'emploi, au coeur de la visite

A peine sorti de sa voiture, et alors que les flashs des photographes crépitent encore, François Hollande parle déjà emploi avec Antoine Bouvier, le président de MBDA. "Sur 1.500 embauches en trois années, environ 700 ont été faites dans le Centre", explique M. Bouvier. Mais ça ne s'arrête pas là : le leader mondial du missile recrute encore, selon les aptitudes à être formé et non selon la formation.

Le président de la République salue ce mode de recrutement. François Hollande salue aussi le fait que MBDA fasse vivre tout un réseau de PME, qui créent de l'emploi dans les territoires ruraux, où "nous devons être solidaires". Il se dit fier de ce que l'entreprise a réussi à créer, depuis la préfecture du Cher. "J'ai une grande confiance dans ce que vous y avez été capable de créer. A vous d'avoir confiance dans votre avenir", déclare-t-il devant une centaine de salariés.

Il n'y a pas d'avenir de l'industrie s'il n'y a pas des emplois qui sont créés. - François Hollande, président de la République

François Hollande en profite pour réagir à l'annonce, la veille, de la hausse des chiffres du chômage en mars 2017 (+1,3 % de chômeurs de catégorie A, sans aucune activité professionnelle). "Près de deux millions d'embauches [seront faites] sur l'année , ce qui permettra de réduire le chômage" prévoit-il.

Ce chômage qui, certains mois augmente, certains mois baisse, mais qui, la tendance l'indique, est en diminution. - François Hollande, président de la République

François Hollande estime d'ailleurs que le chômage devrait baisser, sauf si des "décisions malencontreuses" sont prises prochainement.

François Hollande fait le bilan de son action dans le domaine de la défense

En montrant les missiles MMP, Mica, Mistral, et surtout la réussite de son entreprise au président de la République, Antoine Bouvier l'en remercie sans le dire. Ils sont allés en Inde ensemble pour vendre des rafales, et "quand on vend des rafales, on vend des missiles Mica", disent-ils en coeur. Si l'entreprise est leader mondial et si elle crée des emplois, c'est donc aussi grâce à l'action du chef des armées et, bien sûr, aux ventes de rafales à l'Indre, au Qatar et à l'Egypte.

"Lorsque nous avons pu vendre des rafales, et ce n'était pas facile de les vendre puisque jusqu'à présent aucun n'avait été vendu à un Etat étranger, nous avons pu proposer, j'allais dire, la gamme complète, c'est à dire avion plus missiles qui vont avec", se félicite François Hollande, ajoutant que la France est le leader mondial dans le domaine de la défense et qu'elle déccroche tous les appels d'offre - quand il n'y a pas d'enjeux autres qui influencent le choix.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le président, bien accueilli par les salariés

Le président fait le tour d'un atelier de confection, discute avec la dizaine de salariés restés sur les lieux pour l'occasion, pendant que les autres le prennent en photo depuis les couloirs au premier étage. François Hollande interrompt une réunion, un point d'étape quotidien sur les projets en cours. Il pose quelques questions sur le travail des employés et sur leur parcours. Un intérêt bienvenu pour Marièle, qui se dit "impressionnée" mais qui n'avait pas d'attente particulière. "On a pu lui parler de l'usine du futur, donc c'est vrai que ça a été un excellent échange avec lui."

"Au début on le prenait un peu à la rigolade, continue Vincent. Après, quand il arrive dans le bâtiment, ça commence à faire quelque chose" confie-t-il, quand même pas assez timide pour oublier de lui demander de prendre un selfie.

A la fin de son mandat, on aurait pu penser qu'il ne serait pas forcément intéressé. C'est agréable de savoir que le président s'intéresse à nous. - Vincent, un salarié de MBDA

"C'est très important, toutes les équipes de MBDA sont fières, sont très heureuses de recevoir le président de la République, le chef des armées", se réjouit Antoine Bouvier. Le président du missilier a conscience que son entreprise est "un symbole" de l'ouverture au monde. "Nous sommes une industrie de souveraineté, mais nous sommes aussi une entreprise européenne, tournée vers le monde, et c'est le message que nous avons donné au président."

L'ouverture au monde, au cœur du discours du président, en fin de visite. "On n'est pas leader mondial si on se renferme sur soi", lance-t-il, avec une référence à peine cachée à la montée du nationalisme et à l'éventuelle élection de Marine Le Pen, la candidat anti-Union européenne et pour la fermeture des frontières.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess