Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

François Jolivet, député En Marche de l'Indre à l'initiative de l'appel "Touche pas à mon maire"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Berry

Plusieurs dizaines de parlementaires LREM et MoDem viennent de lancer un appel pour dénoncer notamment les violences dont sont victimes les élus locaux. Le député En Marche de l'Indre fait partie des initiateurs de ce texte.

François Jolivet, député En Marche de l'Indre.
François Jolivet, député En Marche de l'Indre. © Radio France - Gaëlle Fontenit

Châteauroux

" La violence à l'encontre des élus a atteint, cet été, un niveau insupportable en franchissant un cap intolérable " : c'est le titre de cet appel national lancé conjointement par le député En Marche de l'Indre François Jolivet et Aude Bono-Vandorme, députée de l'Aisne. Intitulé " Touche pas à mon maire " cet appel a été signé par  85 parlementaires LREM et MoDem qui dénoncent la multiplication des violences verbales ou physiques, les intimidations dont sont victimes régulièrement les élus locaux. Des violences qui ont culminé cet été avec le décès début août, du maire de Signes (Var) dans l'exercice de ses fonctions, en voulant empêcher un véhicule de déverser des gravats sur sa commune.

Pour les signataires du texte " un seuil d'alerte a été atteint quand l'intimidation prend le pas sur la délibération du réglement  ou de la loi ". Dans un contexte pré-électoral, à quelques mois des élections municipales, ces élus estiment qu' " il est important de réaffirmer haut et fort notre défense de la figure de l'élu local en général, et celle du maire en particulier ".  Pour François Jolivet et les autres signataires, " le maire doit retrouver son rôle de décideur, c'est la condition de sa crédibilité et de l'abaissement du centre de gravité de l'action publique au plus près du terrain ". Pour ce faire, ces élus estiment par exemple, que si l'intercommunalité est une excellente insitution, elle aussi " trop souvent une source de complexité ou d'achoppement, en particulier pour les petites communes rurales . Pour les signataires, il faut assouplir l'exercice de certaines compétences, comme sur le tourisme, l'eau et l'assainissement.

Une meilleure reconnaissance du travail des élus est aussi souhaitée " notamment en matière de droit à la formation. " Nous devons créer de nouvelles incitations  pour valoriser, y compris dans le parcours scolaire et universitaire, l'engagement des plus jeunes dans les conseils muncipaux ". Les élus signataires de cet appel soulignent qu'il est indipensable de protéger l'échelon de la commune "qui fait partie de notre identié territoriale et démocratique "

"Les structures intercommunales ont éloigné le citoyen des lieux de décision" : François Jolivet, député En Marche de l'Indre

Choix de la station

France Bleu