Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

François Orlandi, nouveau président du conseil général de la Haute-Corse

- Mis à jour le -
Par France Bleu RCFM

Trois tours de scrutin ont été nécessaires ce mardi 20 Janvier pour élire le successeur de Joseph Castelli à la présidence du conseil général de la Haute-Corse. Une élection à suspense, marquée de quelques situations surprenantes. Elle a opposé trois candidats. Deux sont issus de la majorité départementale de gauche, le troisième a été présenté par l'opposition.

Conseil général de la Haute-Corse François Orlandi
Conseil général de la Haute-Corse François Orlandi © Radio France

François Orlandi est le nouveau président du conseil général de la Haute-Corse. Il succède à Joseph Castelli, contraint de démissionner pour des raisons de santé. L'élu cap-corsin, quatrième vice-président jusque-là, est donc porté à la tête du département. Une présidence qu'il exercera au moins jusqu'à la fin du mois de Mars en attendant le nouveau scrutin des cantonales programmé pour les 22 et 29 Mars.

Candidat issu de la majorité départementale, officiellement soutenu par Paul Giacobbi, François Orlandi a du attendre le troisième tour pour décrocher le graal. Face à lui deux candidats, Jean Baptiste Castellani, désigné par l'opposition de droite et Jacky Padovani, tout droit sorti lui aussi de cette même majorité départementale et qui a singulièrement compliqué l'élection.

Jacky Padovani et François Orlandi  - Radio France
Jacky Padovani et François Orlandi © Radio France

Au final, François Orland i a recueilli 15 voix contre 11 pour Jacky Padovani. Une élection plus difficile que prévue reconnaissait François Orlandi."Ca a été plus difficile que prévu . Les conseillers généraux se sont exprimés. A nous de reconstruire une équipe solidaire pour les deux mois qui viennent et les échéances futures. Il y a eu un épisode difficile. Mais nous avons avec Jacky Padovani fait preuve de sagesse. L'image du département a peut être été troublée par un certain nombre de choses, il y a eu l'épisode de la procuration, des tractations singulières. Mais je pense que maintenant la voie du travail nous est indiquée et c'est dans ce cadre là qu'il faut inscrire notre action dans une majorité la plus large possible ."

Une élection du président qui n'était que le match aller. Il y aura un match retour à l'occasion des cantonales de la fin mars. François Orlandi et Jacky Padovani se retrouveront à nouveau face à face pour la conquête du grand Cap-Corse et les choses devraient être plus compliquées. Mais François Orlandi s'en remet déjà à la sagesse des électeurs : "on devrait se retrouver sur le même canton mais, comme aujourd'hui, les électeurs décideront du sort qui nous est réservé ." 

F. ORLANDI/INTERNET

Jacky Padovani , très ému, est revenu lui aussi sur cette élection du président très singulière pour reprendre une expression de son rival du jour. "On a voulu raconter que j'étais le trublion de cette élection. Je pense avoir été celui qui a assumé la plus grande légitimité. Le résultat de l'élection a prouvé le contraire. J'accepte le résultat et je félicite le président élu ."

PADOVANI/INTERNET

L'opposition évoque de fortes pressions

Comme elle l'avait annoncé quelques heures plus tôt, l'opposition de droite a présenté son candidat en la personne de Jean Baptiste Castellani. Un candidat qui au premier comme au deuxième tour de scrutin a retrouvé ses 7 voix ... avant de se retirer pour le bouquet final. Un retrait qui a fait place à de larges tractations, semant le trouble au sein de la majorité départementale. Claude Flori, conseiller général du Haut Nebbiu, a levé le voile sur les tractations, discussions secrètes mais cette fois ci portées sur le devant de la scène. "Nous sommes très heureux des deux premiers tours puisque nous avons fait bloc. Cela a permis de mettre un peu de zizanie dans la large majorité de gauche. Et puis au troisième tour, nous avons eu une offre de Jacky Padovani avec un partage du pouvoir. Mais quelques collègues ont refusé la proposition. Il y a eu la semaine dernière des pressions sur conseillers généraux qui ont du plier les genoux "

Conseil général/FLORI

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu