Politique

François Rebsamen devient ministre du Travail, de l'Emploi et du Dialogue social

Par Philippe Renaud et Denis Souilla, France Bleu Bourgogne mercredi 2 avril 2014 à 11:30

François Rebsamen devient ministre du Travail, de l'Emploi et du Dialogue social.
François Rebsamen devient ministre du Travail, de l'Emploi et du Dialogue social. © Maxppp

François Rebsamen a été nommé mercredi ministre Travail, de l'Emploi et du Dialogue social sur proposition de Manuel Valls. À bientôt 63 ans, ce proche de François Hollande intègre le gouvernement. Il était pressenti à l'Intérieur, il succède finalement à Michel Sapin. Président du groupe PS au Sénat, il a été élu maire de Dijon pour la troisième fois le 30 mars.

La Place Beauvau échappe de nouveau à Francois Rebsamen. Ce proche de François Hollande a été nommé mercredi ministre du Travail, de l'Emploi et du Dialogue social du gouvernement de Manuel Valls. À bientôt 63 ans, le sénateur PS est maire de Dijon depuis 2001, réélu à 53% pour un troisième mandat le 30 mars dernier. Il est président du groupe socialiste au Sénat depuis 2011, ancien chef de cabinet de Pierre Joxe, ancien numéro deux du PS en 1997. Il succède à Michel Sapin et aura sous sa responsabilité un dossier épineux : la baisse des chiffres du chômage.

La garde rapprochée du chef de l'État

Il a la voix qui porte, au sens propre comme au figuré. La voix posée et grave qui porte dans un studio de radio ou sur un terrain de foot, supporter du Dijon Football Côte-d'Or aujourd’hui, joueur semi professionnel dans sa jeunesse. La voix qui porte, au sens figuré cette fois-ci, car François Rebsamen a depuis toujours eu l’écoute attentive de François Hollande. Du François Hollande premier secrétaire général du PS en 1997, du François Hollande candidat aux primaires pour la présidentielle en 2012, du François Hollande, Président de la République depuis deux ans.

Pressenti Place Beauvau, il ira Rue de Grenelle

Le maire de Dijon était déjà favori lors de l’accession à l’Élysée de François Hollande pour devenir ministre de l’Intérieur et occuper la place d’un certain ...Manuel Valls. Cela ne s’est pas fait dans le gouvernement Ayrault, et l’homme affirme encore aujourd’hui qu’il n’a rien demandé et même s’il ne réclame rien, "tout est possible", confiait-il ce lundi sur France Bleu en ajoutant que "Valls est l’homme de la situation" . François Rebsamen devra gérer une courbe du chômage qui ne s'est pas infléchie fin 2013, comme l'avait promis François Hollande. Il devra aussi gérer un probable futur dossier : les 35 heures, dont on sait que Manuel Valls n'en est pas un farouche défenseur.

Des désaccords passés

Voilà donc les deux hommes de nouveau réunis dans la même équipe mais pas forcément au poste souhaité pour François Rebsamen. L'Intérieur échappe au maire de Dijon et c'est Bernard Cazeneuve, ancien secrétaire d'État au Budget, qui hérite du porte-feuille. Manuel Valls a écarté Rebsamen au profit d'un troisième homme. Y-aura-t-il un bras de fer dans le gouvernement entre les deux hommes ? Des désaccords ont déjà existé entre les deux hommes par le passé, notamment le dossier de la dépénalisation du cannabis. Le maire de Dijon alors "monsieur sécurité" du PS avait lancé un pavé dans la marre lors de la campagne de la présidentielle en proposant de punir d’une simple contravention la consommation de cannabis. Manuel Valls, alors candidat a l’investiture socialiste, s’était opposé à toute concession  au nom des valeurs de la gauche. Quant à François Hollande, il avait dû rejeter la proposition de son ami de quinze ans.