Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

François Zocchetto renonce aux élections municipales à Laval : chronologie de l'affaire et des déclarations

-
Par , France Bleu Mayenne

Le maire de Laval, François Zocchetto, empêtré dans une affaire de violences sexistes et sexuelles, renonce à se représenter aux élections municipales.

Le maire de Laval François Zocchetto.
Le maire de Laval François Zocchetto. © Maxppp - Vincent Isore

Dans une vidéo publiée ce lundi sur sa page Facebook, le maire de Laval annonce qu'il ne se représentera finalement pas aux élections municipales de mars prochain. En cause, les accusations de violences sexistes et sexuelles dont il fait l'objet. Retour sur la chronologie de cette affaire.

14 Juillet 2016

Les faits remonteraient au soir des attentats de Nice, le 14 juillet 2016, des attaques au camion bélier qui ont fait 86 morts sur la promenade des Anglais. L'ancien secrétaire d'État, Jean-Vincent Placé, aurait forcé sa conseillère ministérielle à danser avec François Zocchetto à l'ambassade de France à Rome. Une affaire révélée il y a plus d'un an par nos confrères de Libération.

10 juillet 2018

Le journal Libération raconte cette soirée à l'ambassade de France à Rome. "Le 14 juillet 2016, le secrétaire d’Etat Placé est en déplacement officiel à Rome : cocktail de fête nationale dans les jardins du palais Farnèse, joyau architectural de la Renaissance qui abrite l’ambassade de France en Italie, et dîner dans le quartier du Trastevere. Le secrétaire d’Etat est en compagnie d’un ami sénateur, le centriste François Zocchetto qui préside le groupe d’amitié France-Italie de la chambre haute. L’attentat de Nice déboule sur les portables officiels avant la confirmation dans les médias : tout le monde est rapatrié dare-dare à l’ambassade. Placé et Zocchetto s’installent dans les salons présidentiels et le secrétaire d’Etat demande à son officier de sécurité d’aller chercher une de ses collaboratrices partie se coucher. Placé lui aurait alors demandé de danser pour son ami sénateur. Il cherche de la musique sur son iPhone et la BO de la Boum s’élève sous les ors italiens. Le garde du corps assiste à la scène, la collaboratrice refuse de s’exécuter. Le lendemain, l’équipe de l’ambassade fera comme si de rien n’était", pouvait-on lire dans Libération.

11 juillet 2018

Suite à cet article, France Bleu Mayenne sollicite une réaction du maire de Laval. François Zocchetto confirme avoir dîné avec Jean-Vincent Placé. En revanche, il dément certains points de l'article de nos confrères, en particulier la scène des salons avec cette collaboratrice du secrétaire d'Etat. "J'ai appris, par la télévision, la tragédie à Nice. J'étais atterré. Nous étions ensemble avec d'autres personnes, vous connaissez le personnage, enfin maintenant on le connait. J'ai donc décidé de prendre congé de Jean-Vincent Placé. Je n'ai jamais rien demandé, je n'ai jamais rien sollicité" martèle le maire de Laval.

10 octobre 2019

François Zocchetto annonce qu'il sera candidat à sa propre succession à la mairie de Laval. Début septembre, il avait été officiellement investi par son parti de l'Union des Démocrates Indépendants.

12 novembre 2019

L'ancienne conseillère ministérielle de Jean-Vincent Placé décide de sortir du silence. Cette femme de 33 ans accuse le maire de Laval François Zocchetto de violences sexistes et sexuelles, mais elle ne porte pas plainte. Elle travaille désormais pour un membre du parti socialiste.

Elle racontait sa version le 12 novembre dernier sur France Bleu Mayenne. "Jean-Vincent Placé met la musique de La Boum sur son téléphone portable et m'ordonne de danser avec Zocchetto. Je suis clairement très gênée, et ça se voit que je ne veux pas le faire. François Zocchetto se lève, s'agrippe à moi, me met une main très bas dans mon dos en me pressant contre lui pendant toute la chanson. Moi j'essaie de me décoller. Je suis d'autant plus dégoûtée que je n'ai même pas eu le temps de remettre un soutien-gorge quand j'ai été convoquée pour aller les rejoindre. François Zocchetto se colle à ma poitrine. Il me pelote et c'est absolument répugnant et humiliant".

  • Nouvelle déclaration du maire

François Zocchetto, dans son communiqué, reconnaît cette fois "volontiers n’avoir pas osé résister à l’injonction du ministre que j’accompagnais. J’ai eu tort sur ce point et ne vois pas d'excuses dans le fait qu’elle non plus n’a pas osé dire non à son ministre, malgré leur évidente proximité. Je la prie de m’excuser pour ce que j’analyse, après coup, comme un manque de retenue de ma part. Je démens en revanche tout comportement répréhensible à son égard, tout en comprenant qu’elle ait pu mal interpréter cette situation qui nous a été imposée à tous les deux" poursuit François Zocchetto. 

"Ses reproches, qui n’avaient visé que Monsieur Placé jusque-là, se portent soudain contre moi, plus de trois ans après les faits et à quelques mois des élections municipales. L'un de mes adversaires est socialiste et cette personne qui me met en cause, ne se cache pas de travailler pour un responsable socialiste aux hautes ambitions. Cette temporalité n'est certainement pas due au hasard" ajoute t-il.

2 décembre 2019

Le maire de Laval annonce dans un post Facebook ce lundi 2 décembre qu'il renonce à se présenter aux municipales de 2020. François Zocchetto parle "d'attaques très violentes", d'une "campagne calomnieuse initiée par mes adversaire politiques, avec pour seul objectif de me détruire devant le seul tribunal médiatique". 

"On cloue au pilori sans défense possible, ni audible, sans circonstances atténuantes, avec unique objectif, abattre un homme et détruire ses proches". "Tout ceci m'a beaucoup atteint et a dévasté ma famille. Dans ces conditions et pour que la campagne électorale des municipales puisse se dérouler dignement et sereinement, je préfère ne pas me représenter", explique-t-il dans sa vidéo.

François Zocchetto parle de "versions qui évoluent dans le temps". La version de la femme a certes évolué - elle avait dans sa première version "refusé de danser" selon Libération en juillet 2018, puis raconte en novembre 2019 avoir été contrainte et forcée. Mais la version du maire de Laval a également évolué - il avait dans un premier temps nié la scène, "je n'ai jamais rien demandé, je n'ai jamais rien sollicité", avant de reconnaître "un manque de retenue" et de présenter des excuses.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu