Politique

Françoise Amiot adjointe au maire de Tours démissionne et rejoint le comité de soutien à Emmanuel Macron

Par Marie-Ange Lescure, France Bleu Touraine vendredi 20 janvier 2017 à 17:42

Hervé Novelli et Françoise Amiot soutiens de François Fillon
Hervé Novelli et Françoise Amiot soutiens de François Fillon © Radio France - Marie-Ange Lescure

Françoise Amiot claque la porte de la mairie de Tours. L'adjointe aux finances de Serge Babary démissionne de ses fonctions municipales pour rejoindre Emmanuel Macron.

C'est un coup dur pour le maire de Tours, Serge Babary. L'adjointe aux finances, Françoise Amiot, démissionne du conseil municipal pour rejoindre "En Marche", le mouvement d'Emmanuel Macron.

Françoise Amiot avait été écartée définitivement de l'investiture des Républicains pour les législatives sur la circonscription de Tours samedi dernier, au profit de Céline Ballesteros, adjointe elle aussi à la mairie de Tours, en charge du commerce.

Une grosse prise politique pour "En Marche"

Dans un communiqué, le maire de Tours affirme regretter cette décision ayant eu beaucoup de plaisir à la compter dans son équipe. Serbe Babary ne souhaite pas commenter son départ vers "En Marche", le mouvement d'Emmanuel Macron, craignant qu'il s'agisse d'une réaction face à des ambitions personnelles déçues. Le remplacement de Françoise Amiot aux finances sera annoncé dans les prochaines jours.

Equipe municipale divisée

Filloniste, Françoise Amiot n'avait jamais accepté l'investiture de Céline Ballesteros pour les législatives sur Tours, estimant être plus légitime. Le départ de Françoise Amiot va donc fragiliser l'équipe municipale, avec d'un côté les pro-Ballesteros comme Xavier Dateu, adjoint aux sports, et les adversaires, comme Thibault Coulon, lui aussi soutien de Fillon, et adjoint à l'emploi.

Pour "En Marche en tout cas", c'est une grosse prise en Indre-et-Loire après le ralliement du sénateur PS Jean-Jacques Filleul, sans oublier celui de Mounia Haddad, jeune conseillère départementale élue en duo avec le président Jean-Jacques Paumier, et qui a démissionné, elle, de l'UDI.