Société

Françoise Nyssen à Marseille sur le site antique de la Corderie

Par David Aussillou, France Bleu Provence et France Bleu samedi 7 octobre 2017 à 10:22 Mis à jour le samedi 7 octobre 2017 à 14:40

Françoise Nyssen, la ministre de la culture
Françoise Nyssen, la ministre de la culture © Maxppp -

La ministre de la Culture a rencontré une délégation du Comité d'Intérêt de quartier de la Corderie, à Marseille. Face aux riverains, elle a maintenu sa position : pas de classement intégral du site.

Elle est arrivée vers 8h ce samedi matin. La visite de Françoise Nyssen sur le site de la Corderie n'a duré qu'une dizaine de minutes. La ministre de la Culture a pu voir pour la première fois cette ancienne carrière grecque (du VIe siècle avant J.C) où un immeuble devait être construit.

Plus tard dans la matinée, elle a rencontré à la préfecture trois membres du CIQ (Comité d'Intérêt de quartier) et Michel Bats, archéologue et directeur de recherche honoraire au CNRS qui réclament toujours le classement intégral du site.

La ministre n'étendra pas le périmètre déjà sanctuarisé

Françoise Nyssen s'est félicitée de "l'intérêt majeur des habitants de la cité phocéenne pour leur patrimoine". Mais elle ne souhaite pas aller plus loin que les 635 mètres carrés déja sanctuarisés. "Je n'ai pas à revenir sur une décision scientifique" a-t-elle déclaré lors d'un point presse à la préfecture.

Une position qui a mis en colère les opposants. "On nous a répété que ce n’était pas des vestiges monumentaux mais des traces", a déclaré Michel Bats. Une pétition signée par des archéologues a été remise à Françoise Nyssen pour lui demander de "préserver une découverte majeure de l'archéologie française".

La pétition d'archéologues remise à la ministre de la Culture - Aucun(e)
La pétition d'archéologues remise à la ministre de la Culture -

Des visites pour les scolaires

Le 25 septembre dernier, le groupe Vinci Immobilier a annoncé la suspension des travaux le temps de l'élaboration d'un nouveau projet. La ministre de la Culture a indiqué ce samedi matin qu'elle souhaitait que que la ville de Marseille et Vinci prévoient "des visites à destination des élèves des publics scolaires ou universitaires".