Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique
Dossier : Le G7 à Biarritz

G7 à Biarritz : 53 personnes mises en examen

-
Par , France Bleu Pays Basque, France Bleu

Le sommet du G7 s'est terminé lundi et l'heure est désormais au bilan. L'important dispositif mis en place par la préfecture aura limité les quelques débordements. Des poursuites ont été engagées pour 53 personnes dont 3 en comparution immédiate.

Samuel Vuelta Simon tire un bilan judiciaire positif de ce G7
Samuel Vuelta Simon tire un bilan judiciaire positif de ce G7 © Radio France - Anthony Michel

Bayonne, France

Ce sont au final 168 personnes qui ont été appréhendées dont 119 placées en garde à vue sur la durée du G7. Le dispositif judiciaire était réalisé pour en supporter 300 par jour. Sur les 119 gardes à vues, 53 poursuites seront engagées et tous seront jugés avant la fin de l'année.

Les faits reprochés pour la plupart des arrestations concernent des participations à un groupement formé en vue de la préparation de violences, des outrages aux forces de l'ordre, des dégradations ou encore des ports d'armes de différentes catégories. 

Selon Samuel Vuelta Simon, procureur de la République de Bayonne , la police judiciaire a été saisie pour trois affaires concernant une agression sur deux gendarmes en moto et la découverte de matériel de guerre dans un fourgon. Une troisième concerne un groupe suspecté de participer à des violences et/ou dégradations.

Un bilan positif

C'est au final un bilan positif pour le procureur : "A quelques exceptions près, il n'y a pas eu de violence sur les personnes qui ont été commises, pas plus que des dégradations graves aux biens matériels et immobiliers. Il faut s'en réjouir." Si aucun débordement n'a été constaté, c'est aussi en raison du dispositif hors norme mis en place. En plus des 13 200 forces de l'ordre réquisitionnés, du renfort était prévu au palais de justice de Bayonne. Pas moins de 7 magistrats, 13 personnes au parquet, 18 fonctionnaires et des dizaines d'avocats étaient réquisitionnés pour assurer jour et nuit de possibles comparutions immédiates. 

Qui veut la paix prépare la guerre 

Selon Samuel Vuelta Simon, le dispositif n’était pas surestimé mais proportionné face à la menace à laquelle pouvait faire face le G7 : "Cela justifiait, aux yeux du préfet, un dispositif de cette nature". 

Choix de la station

France Bleu