Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Le G7 à Biarritz

Avant le G7 à Biarritz, Emmanuel Macron reçoit Vladimir Poutine au fort de Brégançon

-
Par , , France Bleu, France Bleu Provence

Le président reçoit ce lundi son homologue russe dans sa résidence de vacances du Var. Une marque d'estime pour espérer faire de Poutine un médiateur dans certains conflits, quelques jours avant le G7 dont la Russie est exclue.

Sur cette photo, Emmanuel Macron reçoit Vladimir Poutine au château de Versailles le 29 mai 2017.
Sur cette photo, Emmanuel Macron reçoit Vladimir Poutine au château de Versailles le 29 mai 2017. © Maxppp - Jean-Baptiste Quentin

Bormes-les-Mimosas, France

Un entretien, puis un dîner de travail dans la résidence d'été du président français. Vladimir Poutine doit arriver à Bormes-les-Mimosas (Var) dans l'après-midi, ce lundi 19 août 2019, pour discuter avec Emmanuel Macron. Une rencontre importante avant le G7 (France, Canada, Allemagne, Italie, Japon, Royaume-Uni, États-Unis) organisé samedi prochain à Biarritz, sans la Russie, exclue en 2014 lors de l'annexion de la Crimée. 

Une marque d'estime

D'abord, le lieu de cette rencontre n'est pas choisi au hasard. Il s'agit d'une marque d'estime du président de la République à l'égard du chef d'État russe : un tête à tête dans un cadre intimiste, le fort de Brégançon, où Emmanuel Macron passe ses vacances en famille. Rien à voir donc la galerie des batailles du Château de Versailles où il avait reçu son homologue russe il y a deux ans.

Là, Emmanuel Macron joue la carte de l'apaisement. Une manière de dire au président russe qu'on l'écoute, qu'il compte, même s'il n'est pas invité au G7 à Biarritz à la fin de la semaine. 

L'objectif, c'est de faire de Poutine un médiateur dans certains conflits.

La Syrie, l'Ukraine et l'Iran au cœur du tête à tête

Les deux présidents vont discuter de l'Iran et le dossier sensible du nucléaire, de la Syrie, où la France demande l'arrêt des opérations militaires menées par les forces du président Bachar al-Assad soutenues par Moscou, mais aussi de l'Ukraine. Il y a un coup à jouer pour Emmanuel Macron qui se verrait bien en négociateur pour mettre fin à la guerre entre Kiev et les séparatistes soutenus par Moscou, comme Nicolas Sarkozy en son temps avec la guerre en Géorgie. 

Car avec l'arrivée au pouvoir du président Volodymyr Zelensky, Paris voit l'opportunité de mettre fin à la guerre avec les séparatistes pro russes. Des sujets moins brûlants que ceux qui seront abordés au G7, comme la crise à Hong Kong ou le Brexit. Vladimir Poutine, qui en est exclut, espère néanmoins trouver en Emmanuel Macron un relais sur ces sujets-là.

Et les sujets qui fâchent ?

Ce tête à tête sera l’occasion de revenir sur les dernières crispations entre les deux pays, notamment à la suite des manifestations à Moscou contre le Kremlin. La France avait "condamné les interpellations" et "l’usage manifestement excessif de la force". Avant la réponse de la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova demandant à Paris de "ne pas donner de leçon" après "toutes les méthodes répressives lors du mouvement des gilets jaunes".

Ces sujets seront donc abordés, mais très diplomatiquement. "Il faut pouvoir assumer nos désaccords", dit-on à l'Elysée. Autrement dit : ça ne devrait pas gâcher le dîner.

Choix de la station

France Bleu