Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Les élections européennes 2019

Gabriel Amard de La France insoumise rate son entrée au Parlement européen

Le Jurassien Gabriel Amard n'est pas élu au Parlement européen, après le scrutin ce dimanche. Il était huitième sur la liste de La France Insoumise, qui obtient six sièges.

Gabriel Amard, à Lons-le-Saunier le jour du scrutin européen.
Gabriel Amard, à Lons-le-Saunier le jour du scrutin européen. © Maxppp - maxppp

Jura, France

Gabriel Amard ne devient pas député européen et fait les frais de la désillusion de son parti, La France Insoumise : la liste conduite par Manon Aubry obtient six sièges au Parlement européen et le Jurassien Gabriel Amard occupait la huitième place. Une Jurassienne de La Franc insoumise fait, en revanche, partie des élus : Anne-Sophie Pelletier, ancienne porte-parole des grévistes de l'Ehpad des Opalines de Foucherans.

Ancien membre du parti socialiste, aujourd'hui installé à Lons-le-Saunier, Gabriel Amard est aussi le gendre de Jean-Luc Mélenchon. Il a d'abord commencé sa carrière politique dans l'Essonne, avec un poste d'adjoint au maire de Longjumeau de 1989 à 1995. Il devient ensuite maire de Viry-Châtillon de 1995 à 2006. Entre 1998 et 2001, il est également conseiller régional d'Île-de-France puis président de la communauté d’agglomération Les Lacs de l’Essonne entre 2004 et 2014. 

En 2014, Gabriel Amard se présente aux élections européennes sous l'étiquette Front de gauche, sans être élu.

L'eau, son combat 

D'abord socialiste, Gabriel Amard quitte le PS en 2008, et rejoint le Parti de Gauche. Mais Gabriel Amard fait surtout ses armes en lançant sa régie publique de l'eau. C'est lui le cofondateur de « France Eau Publique », le réseau des gestionnaires publics de l'eau. 

Maire de Viry-Châtillon, il sort la ville du syndicat des eaux d'Île-de-France, et se fâche avec Veolia, mais aussi la Lyonnaise des eaux, qui passe même un contrat de lobbying à cinq chiffres pour discréditer l'action de M. Amard, selon le journal Le Parisien.  Gabriel Amard est par ailleurs auteur de nombreux essais et ouvrages sur la gestion publique de l'eau.