Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Élection présidentielle 2022

"Je ne suis pas élu pour subir" assure Gaël Perdriau, le maire de Saint-Étienne qui réfléchit encore à 2022

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Le président de Saint-Étienne Métropole et vice-président de Les Républicains était l'invité de France Bleu ce mardi pour réagir à l'échec de la campagne massive de tests et se positionner sur l'élection présidentielle 2022.

Gaël Perdriau maire Les Républicains de Saint-Etienne.
Gaël Perdriau maire Les Républicains de Saint-Etienne. © Maxppp - Rémy Perrin

La campagne de tests à Saint-Étienne n'aura pas eu le succès espéré. L'objectif était de 40 000 tests mais on a difficilement atteint les 6800. Réaction du maire de Saint-Étienne Gaël Perdriau qui ne cache plus son ambition de s'insérer dans le débat de la présidentielle 2022.

France Bleu Saint-Étienne Loire : L'objectif était de 40 000 tests. Selon l'Agence Régionale de Santé on n'a même pas atteint les 7000 (6768). La faute à qui ?

Gaël Perdriau, maire de Saint-Étienne : L'objectif était de tester un maximum de Stéphanois, sans limitation. L'organisation a été reconnue très bonne : nous avons largement informé en écrivant à chaque foyer stéphanois, avec des messages dans les radios, dans le magazine municipal. Ensuite c'est un libre choix. Il faudra ajouter toutes les personnes qui se sont fait tester dans les pharmacies et les cabinets d'infirmiers libéraux. Cela a permis de dégager des chiffres intéressants : un taux de positivité de 2%, légèrement supérieur à ce que nous attendions. Cela veut aussi dire 140 personnes positives qui s'ignoraient, qui diffusaient le virus sans le savoir et qui ont pu s'isoler.

Vous soulez transformer les centres de tests en centre de vaccination. C'est votre idée ou celle du député LREM de la Loire Jean-Michel Mis ?

Peu importe. Vous savez la campagne de tests, je l'ai demandée au mois de mai dernier. Nous l'avons eu 9 mois plus tard. La réactivité est regrettable. Je veux d'ailleurs remercier les 300 personnes qui se sont mobilisées pour cette opération. Il me semblait important dans cette période de pouvoir enchainer avec la vaccination. Comme il n'y a pas assez de vaccins, ces centres ne sont pas utiles selon l'Etat. Le député Mis devrait faire en sorte que le gouvernement qu'il soutient achemine des vaccins en nombre suffisants sur le territoire. 

Vos critiques sur le gouvernement sont répétées et nombreuses. Que répondez vous à ceux qui disent que vous tapez trop facilement ?

Je ne le fais pas par plaisir. J'entends l'exaspération des commerçants, des restaurateurs, des patrons de discothèques, des étudiants, des retraités. Ces souffrances je me fais un devoir de les relayer au plus haut niveau. Il faut reconnaitre que cette crise est gérée de manière incompréhensible. Je suis un porte-parole en faisant des propositions. Je ne fais pas que reprocher au gouvernement des incohérences.

Il y a un 15 jours vous avez dit réfléchir à la présidentielle 2022. Vous avez déjà votre slogan ou c'est un peu tôt ?

Quand on est maire d'une ville comme Saint-Étienne on ne peut pas se désintéresser de la politique nationale pour la bonne raison qu'elle, elle s'intéresse à vous chaque jour en matière sociale, d'aménagement du territoire, de politique économique. Les décisions ont un impact sur la vie des Stéphanois. Je suis pugnace, je me bats pour défendre les intérêts de la ville et des Stéphanois. Je fais des propositions et l'élection présidentielle c'est l'occasion de mettre sur la table des sujets pour que des situations cessent comme le recul des services publics dans nos quartiers, ou bien en matière de police ou de santé. Ces combats se décident au niveau national. A l'occasion de la présidentielle je veux que des décisions politiques se renversent et qu'un certain nombre de propositions qui résultent de mon expérience soient considérés. Si on ne s'y intéresse pas, on laisse faire et on subit. Je ne suis pas élu pour subir.

Tout cela veut dire être candidat à la primaire de la droite ? Être candidat tout seul ?

Aujourd'hui ce n'est pas le sujet et ma préoccupation est de gérer la situation sanitaire. Demain je reçois l'ensemble des directeurs d'enseignement supérieur et les associations d'étudiants pour voir ce que nous pouvons leur apporter. On prépare l'avenir avec le plan de relance au conseil métropolitain. Je suis dans cette perspective mais ça n'empêche pas de réfléchir. 

Vous êtes encore bien maire de Saint-Étienne contrairement à ce que l'opposition dit ?

L'opposition... Qu'a-t-elle d'autre à faire que de s'opposer ? Je l'invite à venir réfléchir avec moi. J'essaie de ne pas être dans la critique automatique et destructrice mais au contraire dans la réflexion.

Nous sommes à 3 jours du derby. Claude Puel parle de situation "grotesque, ubuesque" avec tout juste assez de joueurs non covidés pour faire une équipe...

Il a raison Claude Puel. L’inéquité est inacceptable. Je me rappelle de Marseille-ASSE qui avait été reporté en début de saison parce-que les Marseillais avaient 4 joueurs positifs. On en a aujourd'hui 10 et le match va se jouer quand même.

Il faut reporter le match ?

Ce serait la logique même si 4 joueurs devraient revenir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess