Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Garder le rythme des réformes, éviter les couacs : le gouvernement fait sa rentrée

-
Par , France Bleu

Le premier Conseil des ministres de l'année 2018 s'est tenu ce mercredi, en présence d'Emmanuel Macron. Les consignes au gouvernement sont claires : ne pas ralentir le rythme de travail pour tenir le calendrier annoncé des réformes, et ce dans la cohésion pour éviter les couacs.

Premier Conseil des ministres de 2018
Premier Conseil des ministres de 2018 © AFP - Ludovic Marin

Réforme des retraites, de l'assurance chômage, décision sur la limitation de vitesse ou Notre-Dame-des-Landes attendues : l'agenda du gouvernement n'est pas moins chargé en ce début 2018 que l'année dernière. C'est pour "fixer le rythme de travail sur les trois mois qui viennent" selon Édouard Philippe que, mercredi, le Conseil des ministres a été suivi d'un nouveau séminaire de son gouvernement.

La cohésion sociale mais aussi gouvernementale

Lors de ses premiers vœux au Français dimanche, Emmanuel Macron a affirmé que les réformes vont se poursuivre "avec la même force et le même rythme", mais en privilégiant "la cohésion sociale". Il appelle visiblement aussi à la cohésion gouvernementale. Son Premier ministre Édouard Philippe a souligné mercredi l'importance du travail d'équipe et de la communication entre membres du gouvernement.

Cela pour un travail "sans couac, cohérent, compréhensible et efficace", a-t-il espéré. Référence aux dissonances qui ont émaillé le deuxième semestre 2017 : annonce hasardeuse de baisse des aides personnalisées au logement, tensions entre le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot et celui de l'Agriculture Stéphane Travert sur le glyphosate, ou les pesticides "tueurs d'abeilles". Ou encore, plus récemment, la publication d'une circulaire polémique du ministère de l'Intérieur sur le recensement des migrants dans les centres d'hébergement d'urgence.

Un hiver aux dossiers chauds

Et pour cause : plusieurs dossiers délicats sont dans les tuyaux gouvernementaux. L'exécutif va devoir trancher dans les prochaines semaines sur la construction ou non d'un aéroport à Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes. "La décision, nous la prendrons d'ici la fin du mois de janvier", a rappelé Édouard Philippe. Le gouvernement avance également en terrain miné sur l'abaissement à 80 km/h de la limitation de vitesse sur les routes secondaires à double sens, au lieu de 90 km/h. À l'occasion d'un déplacement mi-décembre, le Premier ministre s'est déjà dit favorable à cette mesure "à titre personnel". Elle pourrait être annoncée au cours d'un conseil interministériel de sécurité routière (CISR), programmé le 9 janvier selon Matignon. 

Mais au-delà de ces décisions, les réformes de fond continuent. Et notamment le projet de loi asile-immigration dont les débats s'annoncent très houleux. Emmanuel Macron se rendra courant janvier à Calais, où affluent les migrants voulant se rendre en Grande-Bretagne, pour évoquer cette réforme, a annoncé mercredi le Premier ministre. Quant à la négociation sur l'assurance-chômage, elle s'ouvrira le 11 janvier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess