Politique

Gaza : cinq morts dans le bombardement d'un hôpital

Par Marina Cabiten, France Bleu lundi 21 juillet 2014 à 10:47 Mis à jour le lundi 21 juillet 2014 à 17:28

Une enfant palestinienne blessée arrive à l'hôpital de Gaza
Une enfant palestinienne blessée arrive à l'hôpital de Gaza © MaxPPP

Le conflit entre Israël et le Hamas à Gaza dure depuis maintenant deux semaines, et lundi le bilan était de 514 Palestiniens tués, en majorité des civils, et vingt Israéliens tués dont dix-huit militaires. Lundi, le bombardement d'un hôpital dans le centre de Gaza a tué cinq personnes.

Le conflit entre Israël et le Hamas ne montrait aucun signe de répit lundi, au 14e jour d'une offensive israélienne contre Gaza qui a coûté la vie à 514 Palestiniens malgré les appels à un cessez-le-feu. Au lendemain d'une journée noire à Gaza où plus de 140 Palestiniens ont péri ainsi que 13 soldats israéliens, l'Etat hébreu restait déterminé à poursuivre ses opérations aériennes et terrestres pour faire cesser les tirs de roquettes palestiniennes qui continent de toucher son territoire. 

Un hôpital bombardé

Cinq personnes sont mortes dans le bombardement d'un hôpital du centre de Gaza, lundi, et quinze autres ont été blessées dont du personnel soignant. Les appels à la trêve se multiplient, et la communauté internationale est particulièrement inquiète pour les enfants : dimanche, 73 enfants palestiniens tués avaient été recensés, sans parler des enfants blessés et de ceux traumatisés. Lundi matin quatre autre enfants ont été tués avec d'autres membres de leur famille lors d'un raid aérien. La chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton a appelé à une enquête rapide sur les décès de mineurs dans ce conflit. 

Offensive "atroce"

François Hollande s'est entretenu lundi avec le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki Moon, sur la situation à Gaza et Israël et a déclaré que "tout doit être fait pour mettre un terme immédiat à la souffrance des populations civiles à Gaza" . Les 15 pays du Conseil de sécurité ont demandé un "retour à l'accord de cessez-le-feu de novembre 2012" et appelé au "respect des lois humanitaires internationales, notamment sur la protection des civils" . Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a dénoncé *"l'action atroce" à Chajaya, banlieue à l'est de la ville de Gaza, où plus de 70 Palestiniens sont morts dimanche. Un bombardement que le président palestinien Mahmoud Abbas a qualifié de "crime contre l'humanité"* L'armée israélienne s'est justifiée, estimant que le Hamas avait **"mis les civils dans la ligne de mire"* * en y installant ses sites militaires et en empêchant la population d'évacuer comme le réclamait Israël. Le pilonnage se poursuivait toujours lundi. Dans 60 écoles désormais surpeuplées de l'ONU où 83.000 déplacés ont trouvé refuge, la place manque et femmes et enfants s'installe par terre dans les couloirs. 

Ce conflit, le plus sanglant en cinq ans à Gaza , enclave sous blocus depuis des années, est le 4ème entre le Hamas et Israël depuis 2006. Pour l'armée, l'objectif est toujours le même: briser la capacité du mouvement islamiste à atteindre le territoire israélien avec ses roquettes et ses combattants. La nouvelle spirale de violence a été déclenchée après le rapt et le meurtre de trois étudiants israéliens en juin, attribués par Israël au Hamas, suivis de l'assassinat d'un jeune Palestinien brûlé vif à Jérusalem.

La situation à Gaza lundi - Aucun(e)
La situation à Gaza lundi