Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Gel des emplois aidés : le coup de gueule du député gardois Olivier Gaillard

mardi 29 août 2017 à 15:16 - Mis à jour le mardi 29 août 2017 à 21:11 Par Ludovic Labastrou, France Bleu Gard Lozère

Devant la fronde de certaines collectivités suite à la suppression des CAE (contrat d'accompagnement dans l'emploi), le gouvernement annonce le financement de 40.000 CAE d'ici fin 2017. Mais pour Olivier Gaillard, député LREM du Gard, le dispositif doit effectivement déboucher sur de l'emploi.

Olivier Gaillard, député LREM du Gard.
Olivier Gaillard, député LREM du Gard. © Radio France - Ludovic Labastrou

Alès, France

Le coup de gueule du député Olivier Gaillard à propos des CAE, (contrat d'accompagnement dans l'emploi). Au cœur de l'été, le gouvernement a annoncé la disparition de ce dispositif sensé accompagner le retour à l'emploi pour les publics les plus fragiles.

Cette annonce a provoqué un vent de fronde, y compris dans le Gard : le maire de Domessargues Bernard Clément, qui perd cinq emplois aidés, menace par exemple de reporter la rentrée scolaire.

Quelque 280.000 contrats d'accompagnement à l'emploi sont financés cette année. Geler les CAE en cours d'exercice n'a aucun sens, s'est ému le député LREM du Gard, Olivier Gaillard. Il a alerté, avec d'autres, le ministère du Travail.

Le gouvernement a fait machine arrière et annoncé la création de 40.000 CAE supplémentaires d'ici la fin de l'année. Ils devraient passer de 280.000 actuellement à 320.000 d'ici la fin de l'année. Le dispositif coûte la bagatelle de trois milliards d'euros à l'État.

Pour autant si l'objet du CAE, le retour à l'emploi, fonctionne bien dans les entreprises (65% de créations d'emplois), on est loin du compte pour les associations et les collectivités (à peine 25%).

"Certaines collectivités embauchent des CAE et les jettent deux ans après. Et l'humain dans tout ça ?" Olivier Gaillard, député LREM.

Il faut être pragamatique, selon le député LREM Gardois. Si certains jouent le jeu, il s'en trouve qui profitent abusivement du système.

Un député qui n'a pas sa langue dans la poche.

"À peine 25% des CAE dans les collectivités débouchent sur un emploi. Il faut faire évoluer ce résultat."

Olivier Gaillard, député LREM du Gard.