Politique

Présidentielle - 1er tour : à Genlis, Marine Le Pen est loin devant

Par Anne Pinczon du Sel et Stéphanie Perenon, France Bleu Bourgogne lundi 24 avril 2017 à 19:20

Genlis, petite commune traversée par les rivières de la Tille et la Norges
Genlis, petite commune traversée par les rivières de la Tille et la Norges © Radio France - Stéphanie Perenon

Marine Le Pen s'est qualifiée pour le second tour de l'élection présidentielle avec 21,3 % des voix, derrière Emmanuel Macron qui récolte 24% des suffrages. La présidente du Front national arrive en tête dans plusieurs communes Côte-d'Orienne et notamment à Genlis, où elle remporte 30,72 % des voix

Si la candidate frontiste est arrivée deuxième au niveau national avec 21,30 % des voix, Marine Le Pen a obtenu les faveurs des électeurs de Genlis, une commune de 5400 habitants au sud-est de Dijon. Elle y a remporté 30,72 % des voix, loin devant Emmanuel Macron et ses 19 %.

En 2012 déjà, les habitants de Genlis lui avaient accordé 23 % et l'avait placée en 2e position au premier tour.

Dans un café de la ville, Cricri estime que ces résultats " c'est que du beau. " S'il soutient le programme de Marine Le Pen, c'est parce qu'il rêve d'une sortie de l'Union Européenne : " l'Europe c'est mort, et l'Europe ne nous mérite pas. "

Cricri veut que la France sorte de l'Union Européenne  - Radio France
Cricri veut que la France sorte de l'Union Européenne © Radio France - Stéphanie Perenon

Pascale et Christine aussi ont donné leur voix à la candidate frontiste : " Faut que ça change, qu'on vire ceux qui ne sont pas capables, et qu'on mette à la place quelqu'un qui a des paroles et pas des paroles en l'air. " Elles reconnaissent être " racistes contre les terroristes et les radicalisés. "

Dans la famille de Pascale, tout le monde a voté pour Marine Le Pen  - Radio France
Dans la famille de Pascale, tout le monde a voté pour Marine Le Pen © Radio France - Stéphanie Perenon

Mais Noëlle, qui vote dans un petit village à côté, et où Marine Le Pen a fait un score encore plus haut, ne veut pas entendre ce genre de discours : " On est quand même pas malheureux en France. C'est lamentable. " Mais dégoûtée par la campagne électorale, elle n'est pas allée voter au premier tour, et ne compte pas y aller au second.