Politique

Gérald Darmanin : "Nicolas Sarkozy est le candidat qui s'éloigne le moins du gaullisme social"

Par Malik Miktar, France Bleu Nord dimanche 2 octobre 2016 à 19:27

Gérald Darmanin, maire de Tourcoing, vice-président de la région Hauts-de-France et coordinateur de la campagne de Nicolas Sarkozy
Gérald Darmanin, maire de Tourcoing, vice-président de la région Hauts-de-France et coordinateur de la campagne de Nicolas Sarkozy © Maxppp - Radio France

Gérald Darmanin, maire de Tourcoing et vice-président de la région Hauts-de-France était l'invité de France Bleu Nord. Ce dimanche, il a apporté son soutien à l'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy, dont il diligente la campagne. Il a également tenu à revenir sur l'islam ou encore les migrants.

Les primaires : un soutien inconditionnel à Nicolas Sarkozy

"Si je devais apporter mon soutien au candidat qui a le plus de chances de remporter les primaires, j'aurais soutenu Alain Juppé. Au-delà même de toute considération idéologique, j'ai de l'affection pour Nicolas Sarkozy. Il est le candidat à la primaire de la droite et du centre qui s'éloigne le moins du gaullisme social", a ajouté Gérald Darmanin.

Le jeune maire aux multiples casquettes a tenu à clarifier son soutien à Nicolas Sarkozy, dont il est le coordinateur de campagne. Il estime que l'Etat doit conserver sa capacité à intervenir sur le plan économique et rejette le libéralisme à outrance. Il prend, par ailleurs, l'exemple d'Alstom et va jusqu'à soutenir l'opposition : "Arnaud Montebourg avait raison quand il disait qu'il fallait nationaliser Alstom. Je crois qu'il manque cette part d'interventionnisme étatique à droite".

L'islam de France : un véritable combat pour Gérald Darmanin

Le maire de Tourcoing, qui avait défendu devant les candidats à la primaire, un plaidoyer "pour un islam de France" a fini par rallier l'ancien chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy. Il jugeait d'ailleurs pouvoir "l'influencer sur l'islam". Il est catégorique : "Il y a aujourd'hui une compatibilité entre l'islam de France et la République. Néanmoins, il y a cette maladie, comme dans toutes les autres religions : le rigorisme".

Le vice-président de la région Hauts-de-France propose également des solutions afin de lutter contre les financements étrangers des mosquées : "Pourquoi, comme les catholiques, les musulmans ne pourraient-ils pas avoir de déductions fiscales en échange du financement de leurs lieux de culte ?".

La jungle de Calais

Concernant la répartition des réfugiés (ou migrants), Géral Darmanin adopte un ton ferme : "Je considère, en tant que maire, qu'un préfet n'a pas à m'obliger à accueillir des individus". Selon lui, "il faut revoir les accords du Touquet, comme l'a dit Xavier Bertrand (président de la région Hauts-de-France). On ne peut comprendre que les demandeurs d'asile, voulant rejoindre l'Angleterre, fassent leur demande en France."

Retrouvez l'intégralité de l'interview ci-dessous :

Partager sur :