Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Manifestation de policiers : plaintes croisées de Darmanin et Pulvar pour diffamation

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Paris

Les avocats d'Audrey Pulvar, tête de liste des socialistes aux élections régionales en Ile-de-France, ont annoncé lundi porter plainte à leur tour contre le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, qui avait déposé plainte la veille contre la candidate, l'accusant de "diffamer la police".

Le ministre de l'Intérieur avait pris part au rassemblement des policiers devant l'Assemblée nationale mercredi.
Le ministre de l'Intérieur avait pris part au rassemblement des policiers devant l'Assemblée nationale mercredi. © Maxppp - Maxppp

Les avocats d'Audrey Pulvar vont à leur tour porter plainte contre le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, qui a annoncé dimanche vouloir déposer plainte contre la tête de liste socialiste aux élections régionales en Ile-de-France, l'accusant de "diffamer la police". Assigner "au silence une candidate à une élection" ne peut être "interprété autrement que comme une grossière manœuvre d'intimidation", a déclaré Patrick Klugman, avocat d'Audrey Pulvar, lors d'un point-presse ce lundi.

"Les propos de Madame Pulvar [sur la manifestation des policiers de mercredi devant l'Assemblée nationale à Paris ] dépassent le simple cadre d’une campagne électorale et viennent profondément diffamer la police de la République. Je porte plainte au nom du ministère de l’Intérieur", avait justifié le ministre de l'Intérieur dimanche sur Twitter.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Samedi sur franceinfo, si Audrey Pulvar estimait la colère des policiers "légitime", la candidate socialiste aux Régionales avait jugé cette manifestation "glaçante". Une manifestation "soutenue par l'extrême droite, à laquelle participe un ministre de l'Intérieur, qui marche sur l'Assemblée nationale pour faire pression sur les députés en train d'examiner un texte de loi concernant la justice, c'est une image qui pour moi était assez glaçante et je ne souhaitais pas y participer", a expliqué Audrey Pulvar.

"Le racisme dans la police"

La plainte de Gérald Darmanin vise également une vidéo de juin 2020, exhumée samedi sur Twitter par Pierre Liscia, porte-parole de Libres!, le mouvement de Valérie Pécresse, candidate à sa réélection en Île-de-France, a précisé l'entourage du ministre. Audrey Pulvar y dénonce "le racisme dans la police" en France, lors d'une manifestation à Paris en hommage à George Floyd, cet Afro-américain tué par un policier à Minneapolis. 

Invité de France Bleu Provence ce lundi matin, Gérald Darmanin a confirmé sa décision de porter plainte. "Tous les propos qui légitiment ces attaques qui viennent toucher notre police, qui viennent lui retirer son honneur, comme ceux de Madame Pulvar, qui étaient totalement scandaleux ce week-end, doivent être poursuivis et condamnés, c'est ce que j'ai voulu faire" a-t-il déclaré. 

La liste d'Audrey Pulvar, Île-de-France en commun, a réagi en fustigeant "une atteinte à la liberté d'expression d'une extrême gravité". "Cette tentative d'intimidation d'une candidate d'opposition, par un ministre de l'Intérieur en charge de l'organisation des élections (...) est sans précédent sous la Ve République" écrit la liste dans un communiqué. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess