Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Gérard Collomb annonce un renfort des moyens de sécurité dans l'agglomération grenobloise

vendredi 28 septembre 2018 à 19:08 Par Denis Souilla, France Bleu Isère

Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, était en visite vendredi 28 septembre 2018, à Grenoble et dans son agglomération. Il est d'abord allé à la rencontre des habitants du quartier de la Villeneuve à Échirolles avant de prononcer un discours très attendu par les élus locaux sur la sécurité.

Gérard Collomb, à l'hôtel de police de Grenoble, en visite en isère vendredi 28 septembre
Gérard Collomb, à l'hôtel de police de Grenoble, en visite en isère vendredi 28 septembre © Maxppp -

Grenoble, France

Gérard Collomb a promis des moyens supplémentaires pour la sécurité dans l'agglomération grenobloise lors d'un discours vendredi après-midi. Durant sa visite en Isère, il s'est d'abord rendu dans le quartier de la Villeneuve à Échirolles, à la rencontre d'habitants, avant de rendre en préfecture puis à l'Hôtel de police de Grenoble. 

Plus de policiers dans l'agglomération grenobloise

Le ministre de l'Intérieur a reconnu vendredi à Grenoble savoir "combien la violence est grande dans cette ville, (...) combien cette ville est gangrénée par les narco-trafics". "Il nous faut aller plus loin à Grenoble. Sur ce territoire sécuritaire, la situation est préoccupante. (...) Les taux de violences et d'atteinte sont aux biens supérieurs à la moyenne nationale". Gérard Collomb a donc annoncé que l'agglomération serait dans la "deuxième vague des quartiers de 'reconquête républicaine' dans les douze prochains mois".

Le commissariat de Grenoble, en sous-effectif depuis plusieurs années, devrait voir arriver rapidement 20 policiers, "affecter d'ici fin 2018 une vingtaine de jeunes policiers sortis d'école dans l'agglomération". Au printemps, 13 supplémentaires sont annoncés en sortie d'école. Ce sont donc trente-trois fonctionnaires de plus dans huit mois.

Le ministre de l'Intérieur a également promis la création de 35 autres postes dans un an à la rentrée 2019.  

  - Maxppp
© Maxppp -

CRS, police judiciaire et nouveaux équipements

Pour inciter les policiers à venir dans l'agglomération, le ministre de l’intérieur a expliqué qu'une réflexion "va être engagée" pour qu'une prime puisse être versée aux policiers grenoblois, comme cela se fait déjà pour les policiers en Île-de-France.

Le ministre de l'Intérieur a aussi annoncé l'affectation fixe de la demie compagnie de CRS soit 30 policiers sur le territoire de la métropole. De plus, le demi escadron de gendarmes mobiles -soit une quarantaine d'hommes- de l'agglomération sera désormais prioritairement affecté à périmètre qui reste à définir autour de Grenoble. 

L'antenne de la police judiciaire de Grenoble sera renforcée au printemps et une cellule de renseignement opérationnelle contre les stupéfiants sera mise en place rapidement. 

Gérard Collomb souhaite également allouer "196 millions d’euros en 2019 pour rénover les commissariats, équiper les policiers de caméras piétons". Le ministre de l'Intérieur promet 15 000 caméras piétons. afin "qu'ils ne soient plus être accusés à tort de violences". 

Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur - Maxppp
Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur © Maxppp -

Gérard Collomb tacle le maire de Grenoble

Au cours de son discours sur la sécurité, le ministre de l'Intérieur s'est adressé directement à Éric Piolle, maire de Grenoble, et a rappelé que les auteurs du meurtre d’Adrien Perez ont pu confondus grâce à une vidéo. "Je comprends qu'on puisse être contre la vidéo-protection mais je veux vous dire, comme ancien maire de Lyon, combien cette vidéo-protection est importante" a insisté Gérard Collomb face à Éric Piolle. Le ministre a aussi insisté sur le 

Les chiffres avancés par Gérard Collomb

Pour appuyer ses mesures annoncées pour l'agglomération grenobloise, le ministre de l'Intérieur a listé plusieurs chiffres liés à la sécurité et la délinquance locales :

  • "Quatre homicides ou tentatives en 2017 ; dix en 2016 ; quinze en 2015, c'est beaucoup trop"
  • "Les atteintes aux personnes représentent 12 pour 1000 dans l'agglomération contre 6 pour 1000 au niveau national"
  • "Dans l'agglomération de Grenoble, il y a un déficit de 33 gardiens de la paix"

La rencontre avec les parents d'Adrien Pérez

Pour conclure, Gérard Collomb a cité les parents d'Adrien Perez, qui avaient écrit écrits une lettre au Président de la République, après la mort de leur fils poignardé fin juillet près de Grenoble. "J'ai rencontré les parents d'Adrien Perez. (...) Ils m'ont dit 'Mettez vous autour d'une table tous les élus pour que cela n'arrive plus, que notre fils ne soit pas mort pour rien'". 

Le ministre de l'Intérieur a alors reprise à son compte quelques mots de la lettre des parents : "Liberté, elle disparaît lorsque l'État s'avère incapable d'assurer la sécurité de chacun. Égalité, elle disparaît lorsque l'État consent à ce qu'une minorité meurtrière fasse régner la terreur. Fraternité, elle disparaît lorsque l'État laisse la violence régir les relations sociales".

Regardez l'intégralité du discours de Gérard Collomb à Grenoble

(source : France 3 Alpes)