Politique

Isère : le maire de Charvieu-Chavagneux, Gérard Dezempte, ne souhaite accueillir que des réfugiés chrétiens

Par Nicolas Crozel, France Bleu Isère mercredi 9 septembre 2015 à 8:34

Gérard Dezempte (à g) maire DVD de Charvieu-Chavagneux
Gérard Dezempte (à g) maire DVD de Charvieu-Chavagneux - Maxppp

"Je n'ai jamais vu un chrétien décapiter son patron" Gérard Dezempte, le maire de Charvieu-Chavagneux, en Isère, justifie ainsi sa décision d'accueillir des réfugiés mais "seulement s'ils sont chrétiens". Le conseil municipal a voté ce mardi soir une délibération en ce sens.

Charvieu-Chavagneux ne veut accueillir que des réfugiés syriens chrétiens. Après les déclarations polémiques (et assumées) d'Yves Nicolin, le maire de Roanne (Loire), un maire isérois suit le mouvement. Gérard Dezempte, le maire de Charvieu-Chavagneux, n'accueillera des réfugiés que "s'ils sont chrétiens".

"Je n'ai jamais vu un chrétien décapiter son patron" Gérard Dezempte

Le conseil municipal a voté également en ce sens. Le texte adopté ce mardi soir par le conseil municipal de Charvieu-Chavagneux,  évoque les "valeurs chrétiennes" de la France, les "persécutions dont sont victimes les chrétiens d'orient";  fait référence aux croisades et à Saint Louis. Mais la délibération va plus loin et évoque aussi "un principe de précaution" pour justifier la position de la commune de n'accueillir que des réfugiés de "culture et de religion chrétienne".

Gérard Dezempte : "Je n'ai jamais vu un chrétien décapiter son patron"

En direct sur France Bleu Isère, ce mercredi matin, Gérard Dézempte assume ses prises de position, même s'il sait qu'elles peuvent heurter. "Je n'ai jamais vu de chrétiens décapiter leur patron" argumente-t-il faisant référence à l'attentat de Saint-Quentin-Fallavier, en Isère, le 26 juin dernier.

"principe de précaution"

Discrimination ? "non ! le risque existe, et nous on n'en veut pas" conclut le maire de Charvieu Chavagneux.

>> Lire aussi - Déclarations d'Yves Nicolin sur les migrants : indignation générale et... silence à droite

>> Lire aussi - Réfugiés syriens : le maire de Roanne persiste et signe