Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Gérard Larcher à Bourges : "Il faut retrouver du bon sens "

-
Par , France Bleu Berry

Gérard Larcher a passé ce mercredi à Bourges : le président du Sénat a animé un débat avec les élus sur la décentralisation, puis l'après-midi un autre débat sur le rôle des communes, et la ruralité.

Gérard Larcher, président du Sénat, a participé à un débat au conseil départemental du Cher, sur la décentralisation
Gérard Larcher, président du Sénat, a participé à un débat au conseil départemental du Cher, sur la décentralisation © Radio France - Michel Benoit

Bourges, France

Une venue que l'on doit à Rémy Pointereau, l'un des deux sénateurs (LR) du Cher, questeur de l'assemblée nationale.   Une réunion décentralisée de questure a d'ailleurs ouvert la journée, dans l'hémicycle du conseil départemental. Les questeurs, ils sont trois (de tendances politiques différentes), sont chargés de gérer le budget du Sénat qui s'élève à 342 millions d'euros (auxquels s'ajoutent 11 millions pour les jardins du Luxembourg). 

Marie-Pierre Richet, sénatrice du Cher, Rémy Pointereau, sénateur du Cher et Gérard Larcher, président du Sénat, lors de la réunion au conseil départemental. - Radio France
Marie-Pierre Richet, sénatrice du Cher, Rémy Pointereau, sénateur du Cher et Gérard Larcher, président du Sénat, lors de la réunion au conseil départemental. © Radio France - Michel Benoit

L'indemnité parlementaire est de 5600 euros mensuels ; un crédit de 7.600 euros mensuels est versé au sénateur pour rétribuer ses collaborateurs. Chaque élu dispose en outre d'une enveloppe de 5.900 euros par mois pour ses frais de mandat : " On réduit peu à peu le train de vie, affirme Rémy Pointereau. On est à 4,90 euros par habitant et par an pour l'ensemble du fonctionnement du sénat et on tient à ne pas dépasser ces sommes qui sont le prix du fonctionnement de la démocratie." 

La salle de séance du conseil départemental du Cher - Radio France
La salle de séance du conseil départemental du Cher © Radio France - Michel Benoit

L'état a bloqué depuis huit ans l'enveloppe qu'il verse au sénat pour son fonctionnement (323,5 millions d'euros/an). Il est également question de diminuer de 30 % le nombre de parlementaires. L'Indre pourrait perdre un sénateur, le Cher en garderait deux. Des sénateurs élus principalement par les maires et conseillers municipaux. Le président Gérard Larcher, loue leur travail durant la crise des gilets jaunes : " Les maires ont montré durant cette période qu'ils étaient vraiment les piliers de la République.  Je crois que le Président a compris, entendu... Maintenant, la tentation verticale existe de la part du pouvoir. Et Je pense qu'il faut inverser." Le président du Sénat qui plaide pour une déconcentration des services et une différenciation des compétences en fonction des territoires pour combattre le sentiment d'abandon des zones rurales : " Prenons un exemple avec la gestion de l'eau. Pourquoi ne serait-elle pas départementale, voire interdépartementale à certains endroits en France ? Il faut adapter les fonctionnements aux réalités du terrain.

Choix de la station

France Bleu