Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Gérard Onesta : "S'appeler Occitanie ne mettrait pas en danger la République"

Toulouse, France

Le vote est clos pour choisir le nom de notre région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Mais le nom définitif ne sera entériné que dans dix jours, après discussion des élus. Un délai qui laisse planer le doute quant au poids final des préférences de la population.

Gérard Onesta était l'invité de France Bleu Toulouse ce 13 juin.
Gérard Onesta était l'invité de France Bleu Toulouse ce 13 juin. © Radio France - Jean-Marc Perez

La consultation citoyenne organisée par le Conseil régional s'est achevée vendredi soir à minuit. Les derniers bulletins par courrier arriveront d'ici mercredi. Et les élus entérineront leur choix le 24 juin. Mais quand connaîtra t-on le résultat de cette consultation ? Et surtout comment sera-t-il pris en compte par l'assemblée régionale ? Le président du Bureau de l'Assemblée, l'écologiste Gérard Onesta répond aux questions de Bénédicte Dupont.

INVITE - Gérard Onesta, président du bureau des élus au Conseil régional

La consultation citoyenne sur le choix du nom de la région fait débat depuis quelques jours. Il y a un doute sur le poids qu'elle aura au final surtout si le choix des citoyens ne colle pas avec celui des politiques. Avez-vous ce matin des assurances sur la transparence du résultat ?

Gérard Onesta : Nous avons privilégié la qualité, la certitude du vote à la quantité. D'autres régions ont toléré que n'importe qui clique 50 fois sur un nom, pas nous. On a fait plus de 200.000 votes certifiés. Un huissier était là vendredi soir pour voir les résultats, un autre sera là mercredi pour les derniers votes papiers. Le vote sera certain. Et la règle était claire dès le départ : le conseil régional a une marge, c'est lui qui choisit. Mais cette marge est indexée sur la clarté ou non du résultat. Si deux noms sont à "touche-à-touche", le conseil régional aura une marge de discussion. Si un des noms se détache, je ne vois pas comment on pourrait avoir consulté pendant six mois des centaines de milliers de personnes sans en tenir compte.

Si un des noms se détache clairement, je ne vois pas comment ne pas en tenir compte

Pourquoi ne pas avoir directement, sans délai, entériné le choix des citoyens ?

Ce n'est pas un référendum ou un vote par élimination, c'est un classement. Si vous parlez au citoyen que je suis, je me range sans problème derrière le vote citoyen, sans aucun problème. Sinon je ne vois pas comment ensuite on pourra revenir à l'automne vers les citoyens pour leur parler de budget participatif, leur demander d'évaluer nos politiques. Je n’imagine pas un seul instant qu'il en soit autrement. Mais je rappelle que la loi donne toute latitude au conseil régional, puis au Conseil d'Etat, puis au gouvernement de passer outre le vote citoyen. J'espère que la décision des citoyens sera respectée, quelle qu'elle soit.

Un vote des électeurs qui n'est que consultatif, des résultats qui ne seront pas publiés officiellement avant le 24 juin. Cela jette une suspicion non ?

Mais qui a décidé cela ???? Je ne vois pas comment les élus qui vont devoir se prononcer découvriraient le classement en séance le 24 juin. On a besoin d'en discuter avec nos groupes, nos partis politiques, on ne le découvrira pas au dernier moment ! Il faut qu'on ait le temps de déposer des amendements si besoin, si la proposition qui est mise sur la table n'est pas celle des citoyens. J'espère bien que dès mercredi soir les résultats seront publics et précis.

Il faut que les résultats définitifs de la consultation soient connus précisément avant le 24 juin

On a  bien compris ces dernières semaines qu'un nom trop identitaire comme Occitanie ou Occitanie Pays Catalan ne passera pas. Carole Delga n'en veut pas et le gouvernement non plus semble-t-il. Vous comprenez pourquoi ?

Et bien dans ce cas-là, si c'est le seul argument qu'on oppose à un choix citoyen, débaptisons la Bretagne, la Corse, la Normandie ! Il faut que la règle soit la même pour tout le monde. Je ne vois pas en quoi dire "nous sommes en Occitanie" est dangereux pour la République. Il y a des milliers d'entreprises qui ont Occitanie dans leur appellation, on ne leur a pas demandé de changer de nom ! Ce n'est pas un nom qui appelle à la révolte ou la sécession. Je me rangerai derrière la volonté des citoyens, quelle qu'elle soit, je le répète.

Si Occitanie l'emporte largement, il faudra le respecter. Sinon débaptisons la Bretagne ou la Normandie dans ce cas !

Les écologistes, les communistes et les occitanistes pourraient-ils empêcher le vote définitif du nom de la région le 24 juin ?

Nous allons en débattre, voilà pourquoi il nous faut des résultats très précis, à savoir quel est le classement, quel nom arrive combien de fois, à quelle position. J'espère bien que les résultats de la consultation seront rendus publics d'une façon ou d'une autre avant le 24 juin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu