Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique
Dossier : Contournement de Beynac

Germinal Peiro invité de France Bleu Périgord : quelles suites pour la déviation de Beynac ?

-
Par , France Bleu Périgord

Germinal Peiro, le président du département de la Dordogne est l'invité du matin de France Bleu Périgord. Il sera bien sûr question de l'avenir de la déviation de Beynac, alors que la cour administrative d'appel de Bordeaux a demandé sa destruction

Germinal Peiro dans le studio de France Bleu Périgord
Germinal Peiro dans le studio de France Bleu Périgord © Radio France - Antoine Balandra

Germinal Peiro sera l'invité du matin de France Bleu Périgord ce lundi matin. En cette rentrée 2020 le président socialiste du département de la Dordogne viendra évoquer le dossier de la réforme des retraites et la mobilisation autour. Mais nous parlerons aussi de la baisse de la population en Dordogne selon les derniers chiffres de l'INSEE.

Et puis il sera aussi question de l'avenir des travaux de la déviation de Beynac. Le 10 décembre dernier la cour administrative d'appel de Bordeaux a ordonné la remise en état du site. Avec un délai d'un mois pour entamer les travaux de destruction des éléments construits sur les rives. Et le délai est déjà bien entamé. Car si l'on s'en tient à la décision de la cour, le département a théoriquement jusqu'à mi janvier pour entamer les travaux de destruction de tout ce qui a été construit sur les berges.

La SEPANSO vigilante 

Seulement voilà, d'abord Germinal Peiro a toujours dit qu'il allait saisir le conseil d'Etat. Il a jusqu'au mois de février pour le faire, même si le dossier devrait être bouclé d'ici la fin du mois. Et puis au conseil départemental, on rappelle qu'entamer la démolition ne peut pas se faire comme ça. Cela nécessite une phase d'études d'impact environnemental ou encore des appels d'offres. Pas question de faire n'importe quoi dit-on. La procédure de destruction pourrait donc s'étendre sur des mois voire des années.

Germinal Peiro rappelle enfin et à l'envie que tout détruire coûtera son lui plus de 40 millions d'euros au contribuable. Pas question donc de se précipite d'autant que le tribunal n'a prononcé aucune astreinte.

Les opposants pourtant se disent vigilants. La SEPANSO annonce qu'elle saisira immédiatement la justice si les délais étaient dépassés... Elle demande aussi au préfet de distribuer des avertissements si rien n'était fait.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu