Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Gernikako arbola d'Iparraguirre comme hymne pour tout le Pays Basque

-
Par , France Bleu Pays Basque

Des militants historiques de la cause basque revendiquent le fameux chant de l'Arbre de Guernica comme hymne des sept provinces. A la suite de la centaine de musiciens et chanteurs basques cet été

"Gernikako arbola" aurait été composé en 1853 dans une terrasse d'un bar à Madrid
"Gernikako arbola" aurait été composé en 1853 dans une terrasse d'un bar à Madrid

Un hymne basque, mais pour quoi faire? La réponse de Christiane Etchalus fuse: "quand on aura une équipe de football ou de rugby, il va bien falloir jouer quelque chose!" Une question qui n'est pas simplement anecdotique, à l'heure où resurgit la possibilité d'une sélection basque reconnue par la fédération internationale de football

Christiane Etchalus fait partie de la cinquantaine de militants historiques du nationalisme basque, qui ont signé une tribune demandant que son propre camp, celui de la gauche abertzale (nationaliste basque), revendique à son tour le Gernikako Arbola comme hymne national basque. On trouve l'ancien maire de Pampelune Joseba Asiron ou le premier député de Herri Batasuna à Madrid Francisco Letamendia. Beaucoup sont passés par la case prison, comme Philippe Bidart.  

Gernikako Arbola a été chanté par toutes et par tous, des carlistes aux communistes, en passant par les  conservateurs, les libéraux, les nationalistes, les républicains et les socialistes. De l’Adour à l’Ebre" (manifeste signé par des historiens, des musiciens et militants historiques basques)

Ils font suite à la pétition lancée l'été dernier par une centaine d'artistes, emmenés par Gontzal Mendibil, à l'occasion du bicentenaire de la naissance de son compositeur, Jose Maria Iparraguirre. Une demande relayée récemment par 30 historiens et universitaires du Pays Basque dont Jean-Louis Davant et Mikel Duvert. Ils estiment que "depuis sa première interprétation connue en 1853, le Gernikako Arbola a été solennellement chanté par toutes et par tous, des carlistes aux communistes, en passant par les conservateurs, les libéraux, les nationalistes, les républicains et les socialistes. De l’Adour à l’Ebre, il a été entonné durant des générations par des Basques qui ne se sentaient que basques et par des Basques qui se sentaient, en plus, espagnols et français. Et ce, même dans les villages de la Ribera navarraise, où il fut également chanté en espagnol."

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

La question du choix d'un hymne pour l'ensemble Euskal Herria alimente aussi les débats au sein du principal parti nationaliste le PNV

Un hymne d'accord, mais lequel?

Car des hymnes basques, ce n'est pas ce qui manque. La communauté autonome basque adopte officiellement le sien en 1983, Eusko Abendaren Ereserkia auquel on a enlevé les paroles écrites par Sabino Arana Goiri  qui en avait fait le Gora ta Gora, hymne du PNV qui fut aussi adopté pat le gouvernement basque durant la guerre d'Espagne. Pour la Communauté forale de Navarre, c'est l'Himno de las cortes, adopté lui en 1986. Pour la Communauté d'agglomération pays basque... il n'y en a pas, et encore moins donc pour les 7 provinces. 

L'arbre de Guernica a pour lui de bénéficier d'une projection internationale tragique, aidé en cela par un certain Picasso, comme le souligne Christiane Etchalus. La gauche abertzale a longtemps défendu un hymne combattant l'Eusko Gudariak, à la manière d'une Marseillaise -qu'aurait d'ailleurs entonnée Iparraguirre sur les barricades à Paris en 1848-. Le rock radical basque allant même, dans les années 80 et 90, jusqu'à railler le vieux chant...

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

Aujourd'hui, avec la fin d'ETA, elle opte pour plus pacifique et plus fédérateur. Et même si la chanson d'Iparraguirre ne parle que de quatre provinces, celles du pays basque sud, comme le rappelait Jean Haritschellar Gernikako arbola a été chanté partout durant 150 ans,P provoquant des élans patriotiques. Comme au football et au rugby

Choix de la station

À venir dansDanssecondess