Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Ghjurnate internaziunale : tutti in Corti Pè a Corsica

-
Par , , France Bleu RCFM

Les indépendantistes se sont rassemblés à Corte ce week-end à l'occasion de la 38ème édition des « Ghjurnate Internaziunale » organisée par Corsica Libera.

Les indépendantistes se sont rassemblés à Corte ce week-end à l'occasion de la 38ème édition des « Ghjurnate Internaziunale »
Les indépendantistes se sont rassemblés à Corte ce week-end à l'occasion de la 38ème édition des « Ghjurnate Internaziunale » © Radio France - Thibault Quilichini

Corse, France

Après la journée de samedi principalement consacrée aux délégations étrangères, 300 personnes se sont rassemblées ce dimanche sous le chapiteau installé aux abords de la citadelle. 

300 personnes se sont rassemblées ce dimanche sous le chapiteau des "Ghjurnate internaziunale" - Radio France
300 personnes se sont rassemblées ce dimanche sous le chapiteau des "Ghjurnate internaziunale" © Radio France - Thibault Quilichini

Deux jours de débats

"Pè a Corsica an IV, quelles perspectives pour un processus d'émancipation nationale ?" 

C'était le thème d'un des débats de l'après-midi avec des élus des trois courants de la majorité territoriale nationaliste. Les élus ont fait un bilan de leur action à la tête de la Collectivité de Corse avant de parler des enjeux futurs. Un débat auquel n'a pas participé Gilles Simeoni qui s'est fait représenter par Jean Biancucci. Du côté des participants on ne veut y voir aucun signe de division. Femu a Corsica était là via son se secrétaire national Jean-Félix Acquaviva et des élus. De même que le PNC représenté par Jean - Christophe Angelini et une dizaine de membres.

Une unité affichée également dans les discours notamment pour fustiger l'attitude de blocage de l’État. 

L'année dernière la présence de Charles Pieri à la tribune avait provoqué le départ de Gilles Simeoni - Radio France
L'année dernière la présence de Charles Pieri à la tribune avait provoqué le départ de Gilles Simeoni © Radio France - France Bleu

À noter enfin que Charles Pieri qui était là n'a pas participé au débat. L'année dernière sa présence à la tribune avait provoqué le départ de Gilles Simeoni.

L’épineuse question des municipales

Des différences de point de vue sont en effet apparues au moment d'aborder le sujet des élections municipales à venir. À l'estrade Corsica Libera et le PNC rappellent selon eux, la nécessité absolue d'une union dès le premier tour. Pour Jean-Guy Talamoni, le président de l'Assemblée de Corse, il faut partir unis dès le premier tour, et quant à l'ouverture prônée par Femu a Corsica, elle ne doit pas se faire au détriment des militants. « Nous aurons besoin, dans le bras de fer qui se dessine avec Paris, de maires qui partagent nos idées et il me semble que d’écarter des militants de toujours au bénéfice de personnes qui nous rejoignent sur des bases politiques souvent très floues serait hasardeux. »

Jean-Guy Talamoni

Le PNC et son secrétaire national Jean-Christophe Angelini prônent eux à la fois l'union et l'ouverture. « L’union, l’union et rien que l’union et bien sûr une large ouverture parce que les municipales sont l’occasion de rassembler nos forces et de nous ouvrir très largement aux mouvements associatifs, syndicaux, économiques et citoyens. »

Jean-Christophe Angelini

Devant les médias Jean-Félix Acquaviva maintient le cap de Femu a Corsica. Pas d'union obligatoire dans le cadre des municipales qui sont des élections particulières. « Nous pensons aujourd’hui que des barrières sont tombées dans la société corse et il faut continuer à les faire tomber, nous ne sommes pas pour la rétractation autour d’une seule étiquette « Pè a Corsica » dans chaque ville de Corse. Les élections municipales ne sont pas des élections législatives ou territoriales, chaque élection municipale dans chaque village ou ville est différente dans la mesure où il s’agit d’équipes, de projets municipaux et intercommunaux. »

Jean-Félix Acquaviva

En cas de désunion aux municipales l'accord Pè a Corsica sera-t-il remis en cause dans le futur ? Tout le monde affirme aujourd'hui que non.

Petru Antò Tomasi invité de la rédaction de RCFM ce lundi