Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : le "grand débat national" en question après le retrait de Chantal Jouanno

mardi 8 janvier 2019 à 20:31 - Mis à jour le mercredi 9 janvier 2019 à 6:14 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Après une polémique sur son salaire, l'ancienne sénatrice Chantal Jouanno a annoncé sur France 2 mardi soir son retrait "du pilotage" du "grand débat national". Toutefois, elle reste présidente de la Commission nationale du débat public.

L'ex-ministre Chantal Jouanno renonce à organiser le grand débat national suite à la polémique sur son salaire.
L'ex-ministre Chantal Jouanno renonce à organiser le grand débat national suite à la polémique sur son salaire. © Maxppp - Alexandre MARCHI

France

À une semaine de son lancement, le "grand débat national" censé apaiser la colère des "gilets jaunes" n'a plus d'organisateur. Chantal Jouanno est partie et la Commission nationale du débat public (CNDP), qu'elle préside toujours, n'est plus aux manettes. 

Après le conseil des ministres, ce mercredi 9 janvier, Édouard Philippe annoncera donc qui prendra la suite pour compiler les contributions des français. Un nouveau schéma d'organisation et de pilotage de la concertation doit être présenté à la mi-journée.

Les outils techniques sont prêts

La CNDP assure que tout est prêt pour le déroulé du débat. "Le boulot a été fait", selon l'entourage de Chantal Jouanno. Les kits pour organiser des réunions publiques sont ainsi prêts à être envoyés, tout comme le site internet qui sera livré clé en main.

Le problème, ce n'est donc pas le lancement technique de la concertation nationale mais bien le climat social actuel. Sur France 2, mardi soir, Chantal Jouanno est partie en rappelant qu'il subsiste des doutes sur la volonté du gouvernement de prendre en compte ce que diront les français.

14.666 euros bruts par mois

"J'ai décidé de me retirer du pilotage de ce débat", a déclaré l'ancienne ministre, estimant que les débats nés sur son niveau de salaire étaient "légitimes" mais que les "conditions de sérénité nécessaires pour ce débat" n'étaient pas assurées. "C'est une décision que j'ai prise parce que je crois en ce débat (...) plus que nécessaire", a-t-elle poursuivi, précisant qu'elle ne quittait pas pour autant la présidence de la CNDP.

Le salaire mensuel de Chantal Jouanno révélé lundi par La Lettre A, quasi-équivalent à celui du président de la République ou du Premier ministre, avait déclenché une vive polémique. "C'est le salaire fixé par les autorités pour les présidents de la CNDP, quels qu'ils soient", avait expliqué l'ex-sénatrice au micro de franceinfo. "Cela ne dépend pas de moi et ça n'est pas lié au grand débat national" avait-elle ajouté avant d'inviter à mettre ce sujet au programme du "grand débat".