Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Gilets jaunes : bientôt un référendum à plusieurs questions ?

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

L'Elysée étudie la piste d'un référendum à questions multiples sur les institutions. Il se déroulerait à l'issue du grand débat national. Une manière de répondre à des demandes des gilets jaunes et de reprendre la main sur la réforme maintes fois reportée.

Vote blanc, proportionnelle, cumul des mandats, nombre de parlementaires: telles seraient les questions envisagées lors de cette consultation.
Vote blanc, proportionnelle, cumul des mandats, nombre de parlementaires: telles seraient les questions envisagées lors de cette consultation. © Maxppp - XAVIER DE FENOYL

Vote blanc, proportionnelle, cumul des mandats, nombre de parlementaires : telles seraient les questions envisagées lors de cette consultation. "Cette piste est à l'étude" a affirmé le député de La République en Marche, Sacha Houlié. Ce référendum pourrait avoir lieu à l'issue du grand débat national, voulu par le chef de l'Etat pour répondre aux "gilets jaunes". Emmanuel Macron doit écrire aux Français dans les prochains jours pour préciser les contours de ces échanges.  

Démocratie participative 

Devant le Congrès à Versailles en juillet 2017, Emmanuel Macron avait déjà évoqué la possibilité de recourir au référendum pour réformer les institutions.  Cette hypothèse prend un relief particulier dans le contexte des "gilets jaunes", qui manifestent depuis plusieurs semaines pour demander notamment davantage de démocratie participative, à travers des assemblées citoyennes ou l'organisation d'un référendum d'initiative citoyenne (Ric)

Emmanuel Macron veut "reprendre l'initiative" 

Ce référendum à choix multiples comporte également un avantage politique pour le gouvernement. Proposer plusieurs questions permet de "de diluer" les réponses. Selon Anne Jadot, maître de conférences en science politique, "Il n'y aurait pas un seul oui ou un seul non" et cela "enlèverait de la charge symbolique" au référendum, qui avait été associé à un plébiscite sous le général de Gaulle, quand ce dernier avait mis sa démission dans la balance. En d'autres termes, cela permet d'éviter de poser une question simple "Pour ou contre Emmanuel Macron ?".

Ce référendum permettrait au président "de reprendre l'initiative" d'une séquence difficile depuis l'affaire Benalla, à défaut de changer de Premier ministre ou de dissoudre l'Assemblée, note le politologue et membre d'EELV Bastien François.

Si l'idée est retenue, ce référendum pourrait se greffer aux élections européennes, le 26 mai prochain.