Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

"Gilets jaunes" et députés d'opposition de Drôme Ardèche pas convaincus par Emmanuel Macron

Le président de la République Emmanuel Macron s'est exprimé pendant 2h30. Une conférence de presse sur les orientations prises par l'exécutif suite à la crise des gilets jaunes et au grand débat national. Beaucoup de blabla estiment des gilets jaunes et députés d'opposition de Drôme Ardèche.

Conférence de presse du président de la République Emmanuel Macron
Conférence de presse du président de la République Emmanuel Macron © Maxppp - Thomas Padilla

Drôme, France

Emmanuel Macron a t'il réussi son exercice de clôture du grand débat ? Le président a expliqué pendant deux heures et demi les enseignements tirés de la crise des gilets jaunes et les orientations politiques prises à la suite du grand débat national.

"Rien ou si peu" pour Fabrice Brun, député LR du Sud Ardèche

Des gilets jaunes et des députés d'opposition n'ont pas trouvé suffisamment d'annonces concrètes dans les propos d'Emmanuel Macron.

Pour Fabrice Brun, député Les Républicains du Sud Ardèche, Emmanuel Macron n'a pas répondu aux problèmes de pouvoir d'achat et de fractures territoriales : "sur l'un comme sur l'autre, rien ou si peu. Je n'ai rien entendu sur le coût des carburants ou le prix de l'électricité. Sur les retraites, le président ne fait que réparer partiellement les dégâts causés alors qu'on demandait de rendre 100 % de la CGS. C'est un véritable marché de dupes." 

Pour ce qui est de la promesse de ne pas fermer d'école ou d'hôpital d'ici 2022, Fabrice Brun n'y croit pas : "il nous a déjà fait le coup !  Il avait dit, il y a deux ans, qu'il n'y aurait pas de fermeture de classe en zone rurale : il en a fermé mille depuis. J'ai peur que l'espoir se transforme en bobard. J'ai trouvé que ça ressemblait, par moments, a une conférence devant les préfets : il connaît bien ses dossiers mais apparemment, il ne connait pas les Français !"

Il ne connaît pas les Français - Fabrice Brun

#GrandBlabla pour le député socialiste Hervé Saulignac

Autre bord politique, même déception. Hervé Saulignac, député socialiste du centre Ardèche, ironise sur le manque de clarté des annonces.

Hervé Saulignac trouve le propos présidentiel confus : "travailler plus longtemps mais ne pas revenir sur les trente-cinq heures, ne pas reculer l'âge de la retraite, tout ça est très contradictoire, très confus."  

Et pour le député socialiste Hervé Saulignac, la promesse sur la non fermeture d'hôpital n'est pas très significative : "j'aurais aimé entendre le Président de la République dire qu'il y a un moratoire sur les fermetures de maternité. Plus un hôpital oui, parce que c'est très très rare un hôpital qui ferme. Moi, je ne demande pas ce genre de promesses. Je demande que l'on s'engage sur la non fermeture de services. Donc on voit bien que dans le discours du Président de la République, il faut savoir lire entre les lignes et que les promesses qui sont faites parfois sont un peu des promesses de Gascon. J'espère que cette allocution ne va pas replonger le pays dans le chaos tel qu'il l'a connu mais je suis extrêmement perplexe à l'issue de ce discours."

J'espère que cette allocution ne va pas replonger le pays dans le chaos" - Hervé Saulignac

"Il va retrouver la colère" pour Loïc, gilet jaune à Annonay

Les gilets jaunes que nous avons interrogés après la conférence de presse ne sont pas plus convaincus. 

Loïc, gilet jaune à Annonay-Davézieux, a même éteint sa télé avant la fin : "c’est le grand blabla. Pour moi, il veut gagner du temps avant les élections européennes, en espérant décourager les gilets jaunes, que le mouvement s’arrête. Mais pour avoir été en relation avec certains de mes collègues pendant l’entretien, c’est le contraire qui va se produire. Il n'a absolument rien compris et il n’a pas entendu notre colère. Aujourd’hui, il nous sort quoi ? Des travaux ? Il n’y a rien de concret, pas de date. Il va retrouver la colère de tout le monde."

Pascal Caradec, gilet jaune de la Drôme et agriculteur à Crépol, avait interpellé Emmanuel Macron lors du grand débat organisé à Bourg-de-Péage le 24 janvier. Il a aussi regardé la conférence de presse : "moi, je suis agriculteur, et je sais que quand on veut piquer du miel aux abeilles, on les enfume pour les rendre moins agressives. Je pense que Macron fait la même chose au peuple."

Choix de la station

France Bleu