Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : "Il faut retourner aux urnes" affirme Grégoire de Fournas (RN)

vendredi 7 décembre 2018 à 11:03 Par Yves Maugue, France Bleu Gironde

Le seul conseiller départemental Rassemblement National de Gironde était l'invité de "Vendredi Politique" à la veille de la 4e journée d'action des Gilets jaunes. Il réclame la dissolution de l'Assemblée Nationale.

Grégoire de Fournas dans le studio de France Bleu Gironde.
Grégoire de Fournas dans le studio de France Bleu Gironde. © Radio France - Stéphanie Brossard

Bordeaux, France

Sans surprise, Grégoire de Fournas est sur la même ligne que sa présidente Marine Le Pen. Contrairement aux Gilets jaunes, il ne réclame pas la démission d'Emmanuel Macron mais plutôt la dissolution de l'Assemblée Nationale. Selon lui, pour sortir d'une crise démocratique, "il faut repasser par les urnes". Le conseiller départemental du Nord-Médoc estime que le gouvernement a trop tardé pour comprendre l'ampleur de la colère des Français et qu'aujourd'hui, "même des mesures exceptionnelles comme le retour de l'ISF (impôt sur la fortune, NDLR) ne suffiraient pas".

Benoît Simian face aux Gilets jaunes : "Il a surtout parlé de lui"

Grégoire de Fournas a également dénoncé le "mépris d'Emmanuel Macron qui ne s'adresse pas à eux". Selon lui, les élus de La République en Marche sont également responsables. Ainsi il estime que le député du Médoc Benoît Simian "a reçu les Gilets dans une opération de communication. Il les a reçu pendant une heure et demie en passant trois-quart d'heure à parler de lui. Il n'a pas répondu aux aspirations des Gilets jaunes qui étaient venus le voir".

Réécouter l'intégralité de Vendredi Politique :

Grégoire de Fournas invité de "Vendredi Politique"