Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : le retour à l'état d'urgence n'est "pas à l'ordre du jour" pour le gouvernement

lundi 3 décembre 2018 à 9:05 - Mis à jour le lundi 3 décembre 2018 à 10:23 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

Après un week-end de manifestations marqué par de graves violences à Paris et dans plusieurs villes en région, certains syndicats de police et représentants politiques appellent à un retour de l'état d'urgence. Ce n'est "pas à l'ordre du jour", assure Laurent Nuñez, Secrétaire d'État à l'Intérieur.

Des scènes très violentes ont émaillé la manifestation parisienne samedi.
Des scènes très violentes ont émaillé la manifestation parisienne samedi. © AFP - Bertrand GUAY

La question d'un retour à l'état d'urgence, après la flambée de violences samedi à Paris et en région dans le sillage des "gilets jaunes", n'est "pas à l'ordre du jour", a assuré ce lundi le secrétaire d'Etat à l'Intérieur Laurent Nuñez sur RTL.

Le rétablissement de l'état d'urgence, que le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner ne semblait pas exclure samedi, "est une option parmi d'autres, mais la question pour l'instant n'est pas à l'ordre du jour, on examine l'ensemble des mesures", a précisé Laurent Nuñez.

Une majorité de manifestants venus de régions parmi les interpellés 

Le Secrétaire d'État a également précisé que parmi les personnes interpellées suites aux manifestations à Paris, se trouvaient une majorité de personnes venues des régions pour manifester et qui se sont "transformées en casseurs". 

Une délégation de "gilets jaunes" reçue mardi, de nouvelles mesures bientôt annoncées 

Une délégation de "gilets jaunes" sera reçue ce mardi à Matignon, ont indiqué les services du premier ministre. Des mesures seront annoncées avant le début de la concertation de trois mois sur la Transition écologique. Elles devraient être annoncées après les rencontres de cette semaine. Le gouvernement annonce également un débat à l'Assemblée nationale mercredi et au Sénat jeudi. 

Les ministre et secrétaire d'État à l'Intérieur Christophe Castaner et Laurent Nuñez seront auditionnés ce lundi à 20h par la commission des Lois de l'Assemblée nationale. Les deux membres du gouvernement ont également rendez-vous mardi devant la commission des Lois du Sénat, qui les entendra "sur les émeutes, les agressions contre les forces de sécurité et les actes de vandalisme et de destruction" lors des manifestations des "gilets jaunes".

Pour le ministre de l'Économie, "il faut accélérer la baisse des impôts"

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a jugé nécessaire d'"accélérer la baisse des impôts" mais aussi celle de la "dépense publique" pour répondre au plus vite au mouvement. Face à cette crise, "il faut accélérer la baisse des impôts. Mais pour cela il faut accélérer la baisse de la dépense publique. Et nous sommes décidés à nous engager dans cette voie", a indiqué le ministre, jugeant nécessaire d'"approfondir" la politique engagée ces derniers mois par le gouvernement. "Cette crise est d'abord le résultat de déchirements territoriaux qui se sont aggravés depuis des années", en raison de "choix économiques" qui "depuis trois décennies ne nous ont pas permis de développer des emplois pour tous", de "redresser notre industrie" et de "nous engager dans la voie d'une économie décarbonée", a-t-il ajouté.