Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : Les politiques poitevins réagissent aux annonces du Premier ministre

mardi 4 décembre 2018 à 15:40 Par Rivière Isabelle, France Bleu Poitou

Si les gilets jaunes s'accordent à peu près pour dire que les annonces d'Edouard Philippe ne répondent pas à leurs attentes, les politiques poitevins eux aussi se positionnent. Certains estiment que ces annonces arrivent trop tard.

illustration
illustration © Maxppp - Maxppp

Niort, France

Dans le Poitou, les gilets jaunes mobilisés à Poitiers Sud, Châtellerault ou Loudun ont d'ores et déjà fait savoir que les mesures annoncées par Edouard Philippe n'étaient pas suffisantes. Du côté des politiques, les premières réactions à l'annonce du premier ministre sont très mitigées.

Philippe Mouiller dénonce un problème de méthode

Philippe Mouiller, le sénateur LR des Deux-Sèvres, estime que ces annonces arrivent trop tard et qu'elle proviennent d'un gouvernement aux abois.

"Le gouvernement se trompe de méthode. C'est Emmanuel Macron qui aurait dû s'adresser aux français, pas Edouard Philippe à son groupe parlementaire." - Philippe Mouiller, sénateur des Deux-Sèvres 

Guillaume Chiche : "ces mesures agissent directement sur le pouvoir d'achat des Français"

Le député de la République en Marche des Deux-sèvres, Guillaume Chiche, pour sa part juge que c'est une première réponse aux attentes des Gilets jaunes. Le moratoire et la grande consultation permettront de compléter ou d'ajouter des mesures. En attendant, les annonces du Premier ministre permettent déjà d'agir sur le pouvoir d'achat des français. 

"Quand on décrète un moratoire sur la hausse des taxes sur le carburant, on agit sur le pouvoir d'achat des Françaises et des Français. Quand on n'augmente pas le prix de l'électricité et du gaz pour cet hiver, on soulage le porte-monnaie des Français. Quand on suspend l'application du contrôle technique renforcé, on pense au pouvoir d'achat des Français", ponctue le parlementaire niortais.