Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : "On m'a déconseillé d'aller sur le péage de la Barque", confie la députée LREM Anne-Laurence Petel

vendredi 7 décembre 2018 à 8:54 Par Thibault Maisonneuve, France Bleu Provence

Invitée de France Bleu Provence matin, la députée LREM des Bouches-du-Rhône dénonce la présence de groupuscules extrémistes "professionnels de la casse et du chaos" et redoute les manifestations de samedi.

Anne-Laurence Petel à l'Assemblée Nationale (photo d'illustration)
Anne-Laurence Petel à l'Assemblée Nationale (photo d'illustration) © Maxppp -

Aix-en-Provence, France

Invitée de France Bleu Provence, Anne-Laurence Petel, députée LREM des Bouches-du-Rhône a affirmé que "ce qui allait se passer demain (samedi) serait assez terrible" avec la présence dans les manifestations de "groupuscules extrémistes professionnels de la casse et du chaos qui ont annoncé qu'ils viendraient armés et qui ont clairement souhaité tuer des forces de l'ordre". "On est très inquiet de ce qui va se passer ce samedi" a souligné la députée. 

"On redoute des violences qui montent d'un cran" (Anne-Laurence Petel)

"Nous savons que ce sera très violent à Paris" a poursuivi l'élue. "Mais nous savons que ce sera aussi très violent dans les territoires dont Marseille" en faisant référence aux dégradations autour de la Canebière samedi dernier. "Cette colère pacifique qui s'est d'abord exprimée est en train d'être préemptée par des groupes extrêmes", selon elle.

"On m'a déconseillé d'aller au péage de la Barque" 

Sur France Bleu Provence, Anne-Laurence Petel a confié qu'on lui avait "déconseillé" de se rendre au péage de la Barque sur l'A8 parce qu'"il y a trop de monde pour qu'un député puisse se déplacer seul". Et la députée d'expliquer qu'en France, "des collègues ont reçu des menaces physiques et verbales. Certains ont été victimes d'intrusion dans leur domicile, dans leur permanence. L'une des députés s'est fait casser sa permanence et les artisans ne peuvent pas venir travailler parce qu'ils sont menacés par des gilets jaunes qui les empêchent de travailler. Une autre a été menacée d'une attaque à l'acide." 

"Aujourd'hui, j'ai des collèges qui sont protégés par des services de sécurité " a confié la députée qui a annoncé qu'elle allait recevoir "anonymement" des gilets jaunes parce qu'ils sont menacés par d'autres gilets jaunes". 

"On a compris la colère des manifestants" 

Revenant sur les mesures annoncées par le gouvernement, Anne-Laurence Petel a affirmé que la majorité a rencontré les manifestants dans la France entière. "On les écoute, on les entend. Cette colère avait été identifiée avant la campagne électorale et nous avait fait mettre au coeur du programme le travail et la possibilité de vivre dignement de son travail" a expliqué l'élue qui a précisé qu'Emmanuel Macron a été élu il y a 18 mois.

Anne-Laurence Petel, députée LREM des Bouches-du-Rhône