Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : pour Johanna Rolland, maire de Nantes, "un signe fort doit être donné par l'exécutif"

lundi 3 décembre 2018 à 16:33 Par Antoine Denéchère, France Bleu Loire Océan

Johanna Rolland, maire socialiste de Nantes, demande à l'exécutif "d'envoyer un signe fort" pour répondre "au profond malaise" exprimé par les gilets jaunes. Et l'élue tacle Emmanuel Macron : "ce ne sont pas des annonces uniquement de méthode ou institutionnelles qui changeront quelque chose".

Johanna Rolland, maire de Nantes, le 20 septembre 2018
Johanna Rolland, maire de Nantes, le 20 septembre 2018 © Maxppp -

Nantes, France

Interrogée par France Bleu Loire Océan ce lundi à la mi-journée sur la mobilisation des "gilets jaunes", Johanna Rolland affirme qu'un "signe fort doit être donné par l'exécutif. Car le malaise est profond, divers." La présidente socialiste de Nantes Métropole dénonce également, à mots couverts, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, accusés de "souffler sur les braises" : "la gravité du moment doit inviter chacun à la retenue, chercher des idées, faire des propositions."

Johanna Rolland poursuit : "chacun doit faire preuve de responsabilité et condamner sans ambiguïté les violences. Les images parisiennes de ce week-end sont choquantes parce qu'elles décrédibilisent ceux qui sont en souffrance, les hommes et les femmes qui ont eu mal à boucler leurs fins de mois."

Des mesures concrètes pour répondre à la colère

L'élue socialiste, offensive, demande à l'exécutif "d'amener des réponses concrètes, efficaces" sur le pouvoir d'achat. Pour Johanna Rolland, "les habitants ne veulent pas du blabla, ils ne veulent pas un haut conseil à je ne sais quoi ! Je ne dis pas que ce haut conseil [sur le climat, annoncé par le chef de l'Etat lors de son discours du 27 novembre] ne peut pas être utile après, mais il y a une urgence, il y a des réponses pratico-pratiques à amener sur la table aujourd'hui."

Certains mettent leurs mains sur leurs yeux !" (Johanna Rolland)

"Ce qui m'inquiète, c'est cette impression que _certains mettent leurs mains sur leurs yeux_", assène Johanna Rolland à propos de certains élus ou soutiens de la majorité, "on ne peut pas faire comme s'il ne se passait rien ! Ecoutez les gens, il suffit de tendre l'oreille. Quand vous voyez une maman en larmes qui vous explique qu'à partir du 20 du mois, elle ne sait pas comment faire, il faut entendre ce niveau de détresse ! Et ça, ce ne sont pas uniquement des annonces de gouvernance, de méthode ou même des annonces institutionnelles qui y changeront quelque chose, c'est du concret dans la justice sociale. Le malaise profond doit pouvoir trouver un débouché" conclut Johanna Rolland qui, au passage, critique de nouveau la récente suppression de l'impôt de solidarité sur la fortune. 

Il ne faut pas abandonner certaines batailles"

La présidente de Nantes Métropole, qui se veut en pointe sur l'écologie, ne semble pas favorable à une suppression de la hausse des taxes sur les carburants décidée par l'actuel gouvernement. _"Il ne faut pas abandonner certaines batailles, il faut continuer à dire que la génération d'aujourd'hui doit inventer des réponses qui permettent de conjuguer la transition écologique et le pouvoir d'achat, parce que, si à l'inverse on renonce à cette bataille-là, on n'aura pas réglé la question."_