Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : pour le député Modem Brahim Hammouche, la majorité subit "l'épreuve du réel"

mercredi 5 décembre 2018 à 11:08 Par Magali Fichter, France Bleu Lorraine Nord

Le député de la huitième circonscription de Moselle réagit après les annonces d'Edouard Philippe pour calmer la colère des gilets jaunes. Pour le député Brahim Hammouche, les mesures du Premier ministre doivent permettre "de retrouver le chemin de la confiance et de la dignité".

Brahim Hammouche, député de Moselle
Brahim Hammouche, député de Moselle © Maxppp -

Metz, France

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé, ce mardi, une série de mesures pour calmer la colère des gilets jaunes. Parmi elles, un moratoire de six mois sur la hausse de la taxe carbone, sur l'essence, le diesel et le fioul, le gel des tarifs du gaz et de l'électricité jusqu'au 31 mars, et la suspension du durcissement du contrôle technique. Des mesures jugées insuffisantes par l'opposition et par les gilets jaunes eux-mêmes. 

Nous savons ce que c'est, les fins de mois difficiles"

D'autant qu'Emmanuel Macron martèle depuis le début qu'il faut "maintenir le cap". Mais pour Brahim Hammouche, député de la huitième circonscription de Moselle, invité de la rédaction de France Bleu Lorraine, la majorité est composée de "pragmatiques, et les pragmatiques s'adaptent à l'épreuve du réel. Nous subissons cette épreuve du réel : il y a une forte demande pour retrouver le chemin de la dignité et des solidarités. Nous les entendons, nous les comprenons. (...) Nous savons ce que c'est, les fins de mois difficiles," explique le député, qui dit avoir reçu et entendu les gilets jaunes à sa permanence en Moselle.

Il va falloir une politique de relance de la demande, et donc d'augmentation du SMIC"

Brahim Hammouche considère qu'il faut aller plus loin que les mesures annoncées par le gouvernement, notamment en termes de pouvoir d'achat : "Il va falloir une politique de relance de la demande, et donc d'augmentation du SMIC". Et pour lui, les mots "gel" et "moratoire", qui font dire aux gilets jaunes qu'on ne fait que repousser le problème, ne sont que du ressort d'une "terminologie ministérielle. (...) Concrètement, ça veut dire que ce sera supprimé", croit-il savoir, avant d'évoquer la "grande concertation" avec les gilets jaunes qui se tiendra jusqu'au 1er mars.

Brahim Hammouche, invité de la rédaction de France Bleu Lorraine