Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Gilles Pargneaux: "Un acte d'autoritarisme et une réaction disproportionnée de la part de François Hollande"

mardi 26 août 2014 à 12:24 Par Aurélien Accart, France Bleu Nord

Invité de France Bleu Nord ce mardi, le premier secrétaire du parti socialiste dans le Nord, Gilles Pargneaux, a dit sa surprise devant la décision radicale prise par François Hollande et Manuel Valls, qui ont décidé de changer entièrement de gouvernement. Pour le député européen, proche de Martine Aubry, il fallait au contraire entendre les arguments d'Arnaud Montebourg.

Gilles Pargneaux, premier secrétaire du PS dans le Nord, n'est pas tendre avec François Hollande
Gilles Pargneaux, premier secrétaire du PS dans le Nord, n'est pas tendre avec François Hollande © Delphine Goldsztejn - Maxppp

Alors que les critiques pleuvent sur le chef de l'Etat, venant surtout de la droite de l'échiquier politique, la gauche n'est pas beaucoup plus tendre avec François Hollande , après la démission du gouvernement "Valls 1" ce lundi. Invité de France Bleu Nord mardi, le premier secrétaire du parti socialiste dans le Nord, Gilles Pargneaux, a fait montre de son étonnement et de sa surprise devant cette "crise politique inédite dans l'histoire de la cinquième république" .

Selon Gilles Pargneaux, le chef de l'Etat a accompli "un acte d'autoritarisme, un acte d'autorité dans la lignée de la cinquième république" . Une "réponse disproportionnée qui ajoute de la crise à la crise" , alors même que Benoît Hamon et Arnaud Montebourg avaient pris selon lui quelques récautions en exprimant leur souhait de voir le chef de l'Etat infléchir sa politique économique.

Une position partagée par Gilles Pargneaux et par Martine Aubry, que le premier secrétaire du parti socialiste dans le Nord a eu "plusieurs fois au téléphone" . Selon lui, le débat sur cette "nécessaire inflexion économique" visant à redonner du pouvoir d'achat aux Français va désormais se poursuivre en dehors du gouvernement, à l'Assemblée Nationale.

 

L'invité de France Bleu Nord: Gilles Pargneaux