Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Gironde : Début des travaux de la déviation de la D936 à Fargues-Saint Hilaire

jeudi 25 octobre 2018 à 19:17 Par Fanny Ohier, France Bleu Gironde

Les travaux de construction de la déviation de la D936 à Fargues Saint Hilaire ont commencé ce jeudi 25 octobre. Tous les jours, 20 000 véhicules traversent la ville proche de Bordeaux. Le contournement est un soulagement pour les élus et les habitants, malgré les craintes de certains commerçants.

Levée de rideau et début des travaux, la déviation de Fargues-Saint Hilaire qui vise à désembouteiller la D936 est en bonne voie.
Levée de rideau et début des travaux, la déviation de Fargues-Saint Hilaire qui vise à désembouteiller la D936 est en bonne voie. © Radio France - Fanny Ohier

Bordeaux, France

Jean-Luc Gleyze, le président du Conseil départemental de la Gironde est ce vendredi l'invité de "Vendredi Politique" entre 8h et 8h30 sur France Bleu Gironde. 

D'ici deux ans si les travaux se déroulent bien, la D936 contournera Fargues-Saint-Hilaire, un village située à 10 km de Bordeaux et traversée chaque jour par les allers-retours des travailleurs. Au total, ce sont environ 20 000 véhicules qui traversent le village de 3000 habitants quotidiennement. L'objectif affiché est à la fois de désembouteiller la départementale et donc le bourg de Fargues-Saint-Hilaire, et d'améliorer le cadre de vie de ses habitants. Le département de la Gironde finance les travaux à hauteur de 19 millions d'euros.  

Le conseil départemental avait voté en faveur du projet de déviation en 2008. Bertrand Gautier, maire de Fargues-Saint-Hilaire voit dans la déviation l'opportunité de développer le bourg du village et d'attirer de nouvelles entreprises. Les commerçants, répartis d'un côté et de l'autre de la départementale et qui profitaient de cette clientèle migrante, attendent de voir les conséquences de cette modification.  

Le maire de Fargues Saint-Hilaire Bertrand Gautier voit dans la déviation l'opportunité de développer le bourg.

Fargues Saint-Hilaire (en bas à droite) sera contournée au nord par la nouvelle portion de la départementale 936.  - Aucun(e)
Fargues Saint-Hilaire (en bas à droite) sera contournée au nord par la nouvelle portion de la départementale 936. - Conseil départemental de la Gironde

Un projet de plus de 20 ans

Prévue dans des plans d'urbanisme dès 1994, la déviation voit enfin le jour. Bertrand Gautier, maire de Fargues-Saint-Hilaire, a longtemps attendu le début des travaux. Pour lui, la déviation permettra à la fois de désengorger le bourg, impraticable aux heures de pointe. Elle aidera aussi au développement d'une vie locale, et notamment d'un éco-quartier à proximité du nouveau tronçon de la départementale et d'une aire multimodale de covoiturage et de transports en commun. 

Les commerçants "attendent de voir" les conséquences de ces changements sur la fréquentation de leurs magasins

Avec la nouvelle déviation, de nombreux automobilistes ne passeront plus devant leur commerce en rentrant du travail. Les tenants des magasins installés d'un côté et de l'autre de la départementale et qui font recette aujourd'hui de ces migrations pendulaires, craignent donc la modification de la circulation. 

Incertitude parmi les commerçants sur l'avenir de leurs magasins à Fargues.

La poissonnerie de Bruno Dainaud donne directement sur la D936. Devant le magasin, à portée de vue des automobilistes, il affiche chaque jour le plat préparé du jour et le prix de ses crustacés. Trois places de stationnement permettent également à sa clientèle de s'arrêter. Il a peur des conséquences de la déviation sur la santé de son commerce.  

Un peu plus loin sur la D936 en direction de Bergerac, Olivier Baruzy tient la boulangerie en face de la mairie. Pour lui, la déviation "sera un plus pour le village". Il compte sur la fidélité de sa clientèle. "Normalement, les commerçants devraient profiter de la déviation parce que le passage sera rendu plus fluide, pour venir nous voir." 

Aurore a l'habitude d'acheter son pain chaque jours à Fargues. Elle habite dans une commune proche, Sadirac. "Tous les entre-midis, je m'arrête là, je prends mes deux baguettes et je repars."  Pour elle la déviation est une bonne chose, à cause des embouteillages. Et si il faut, elle fera "le détour, parce que quand [la boulangère] me voit arriver, elle me sort deux baguettes."