Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Gironde : le maire de Castillon-la-Bataille lance un "avis de recherche" pour retrouver ses trois gendarmes mobiles

mardi 6 mars 2018 à 16:48 Par Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde

Trois gendarmes mobiles sont affectés en renfort à la brigade de Castillon-la-Bataillle, classé en Zone de Sécurité Prioritaire. Or, depuis six mois, ils ont disparu, appelés à d'autres tâches. Le maire Jacques Breillat s'impatiente et lance un "avis de recherche pour disparition inquiétante".

Gendarmes en patrouille - illustration -
Gendarmes en patrouille - illustration - © Radio France -

Castillon-la-Bataille, France

Le maire de Castillon la Bataille perd patience, et il le fait savoir avec humour. Trois gendarmes mobiles sont en principe en poste pour renforcer les effectifs à la brigade de gendarmerie de la commune, classée depuis 2013  en ZSP, Zone de Sécurité Prioritaire. Or, depuis six mois , ces renforts ont disparu.  Alors, lassé d'attendre, Jacques Breillat, le maire Les Républicains de Castillon, lance un "avis de recherche pour disparition inquiétante ". Une affiche avec logos de la Gendarmerie et du Ministère de l'Intérieur , placardée chez les commerçants de la commune, et qu'il diffuse aussi sur les réseaux sociaux. 

L' affiche diffusée par Jacques Breillat, le maire de Castillon-la-Bataille  - Aucun(e)
L' affiche diffusée par Jacques Breillat, le maire de Castillon-la-Bataille

Le maire de Castillon assume la méthode "coup de poing" pour faire passer le message.

On est dans une société où si on n'attire pas de cette façon l'attention des pouvoirs publics, on n'est pas entendu. Donc, le le fais en parfaite connaissance de cause, avec une certaine dose d'humour, mais avec aussi un discours sur les faits. - Jacques Breillat, le maire de Castillon-la-Bataille 

"Je l'ai fait pour attirer l'attention des pouvoirs publics, et être enfin entendu"

Jacques Breillat veut donc marquer les esprits, en dénonçant ce qu'il appelle "le double discours du gouvernement" . D'un côté, Castillon-la-Bataille, comme tout le Libournais, va expérimenter dès l'an prochain la Police de Sécurité au Quotidien, le nouveau dispositif voulu par le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, avec là encore, des renforts annoncés . De l'autre, dans la réalité des faits, la ville ne dispose même pas des moyens supplémentaires octroyés dans le cadre de son précédent classement en Zone de Sécurité Prioritaire.   

L'appartement que nous avons rénové à nos frais pur accueillir ces gendarmes mobiles est désespérément vide depuis six mois. J'ai fait 368 rappels à l'ordre depuis le début de mon mandat, on a installé 17 caméras de vidéo-surveillance, on a recruté une personne chargée de médiation familiale. Nous avons traduit nos engagements par des moyens supplémentaires, ce que ne fait pas l'Etat. 

"Les efforts que nous faisons sont réduits à néant par l'absence de ces renforts" Jacques Breillat, maire de Castillon la Bataille

La préfecture de Gironde répond de son côté que les forces de l'ordre ont été sollicitées sur d'autres missions, et qu'il n'a pas été possible de maintenir ces renforts , mais que ces renforts reviendront à Castillon, dès qu'il y aura des disponibilités. La préfecture précise également que des moyens supplémentaires seront accordés au Groupement de la Gendarmerie de Gironde dès l'an prochain, dans le cadre de la Police de Sécurité au Quotidien.