Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Gironde : le maire PS de Ludon-Médoc rejoint Emmanuel Macron

lundi 30 janvier 2017 à 20:35 France Bleu Gironde

Le jeune maire PS de Ludon-Médoc, Benoit Simian, âgé de 33 ans, a décidé de soutenir Emmanuel Macron pour la présidentielle. Il a rendu public son choix juste avant le 1er tour de la primaire.

Benoit Simian maire PS de Ludon-Médoc
Benoit Simian maire PS de Ludon-Médoc - Benoit Simian

Ludon-Médoc, France

Benoit Simian est maire de Ludon-Médoc depuis les dernières élections municipales de 2014. Au sein de la fédération départementale du parti socialiste de Gironde, il s'occupe de la fonction publique. Avant la primaire de la gauche, il a téléphoné au premier secrétaire fédéral du PS Thierry Trijoulet pour lui indiquer son ralliement à Emmanuel Macron. Un choix en toute transparence, mais au PS il risque d'être sanctionné; la commission des conflits pourrait être amené à se prononcer sur son cas.

La primaire, c'est comme un congrès du parti socialiste.

Benoit Simian

Le maire de Ludon-Médoc explique qu'il n'était convaincu par aucun des 7 candidats du 1er tour de la primaire de la gauche. Il estime que cette élection ressemblait plutôt à un congrès du parti socialiste mais pas au choix d'un homme ou d'une femme en capacité de gouverner le pays. Selon Benoit Simian, l'élection présidentielle c'est la rencontre d'un homme avec un peuple et Emmanuel Macron incarne parfaitement ce rôle. Il juge que son engagement avec le leader du mouvement "En Marche" est fidèle à ses valeurs de gauche.