Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Gironde : le président du département zappe la campagne des primaires et lance l'offensive anti-Fillon

lundi 9 janvier 2017 à 18:03 Par Yves Maugue, France Bleu Gironde

Lors de ses voeux à la presse, Jean-Luc Gleyze, le président du Conseil dépatrtemental de la Gironde, a pris la défense des fonctionnaires dont François Fillon veut réduire le nombre. Avant de préciser qu'il ne dirait pas où va sa préférence pour la primaire de la gauche. Interview.

Jean-Luc Gleyze présentait ses voeux à la presse bordelaise.
Jean-Luc Gleyze présentait ses voeux à la presse bordelaise. © Radio France - Yves Maugue

France Bleu Gironde : Vous affirmez que votre département a besoin de conserver tous ses fonctionnaires ?

Jean-Luc Gleyze : J'entends beaucoup parler du nombre de fonctionnaires qui, selon certains, devrait être réduit de 500.000 pour faire des économies. Moi, je dis que les fonctionnaires ne sont pas là juste pour le plaisir. Ils sont là pour répondre à des besoins en matière de services publics. La qualité du service public passe aussi par leur présence et par leur nombre. Il vaut mieux raisonner qualitativement que quantitativement. Je trouve que le raisonnement est biaisé. C'est là que nous voyons que nous n'avons pas les mêmes valeurs entre la gauche et la droite.

Selon vous, c'est accentué en Gironde par l'arrivée en juillet du TGV Paris-Bordeaux ?

Nous accueillons 15.000 habitants supplémentaires chaque année en Gironde. Cela va certainement s'accentuer. Il faudra créer des écoles, des collèges, déployer des services publics en matière de solidarité, pour l'accompagnement des personnes âgées ou des personnes handicapées. Il faudra aussi des fonctionnaires pour assumer ces nouveaux besoins.

Je ne souhaite pas exprimer mon choix publiquement.

Les échéances politiques se précisent, avec d'abord la primaire à gauche. Vous ne donnerez pas de consigne ?

Non car je souhaite voter en mon âme et conscience. je n'ai pas à influer sur le vote de ceux qui souhaitent se déplacer pour voter. J'estime aussi pouvoir me différencier d'un certains nombre de mes collègues grands élus qui prennent position. Je n'ai pas encore vu tous les programmes mais je ne souhaite pas exprimer mon choix publiquement. En revanche je serai attentif à celui qui émergera de cette primaire pour pouvoir le soutenir car j'ai envie de soutenir un candidat du Parti Socialiste et parce que j'ai envie de porter des valeurs de gauche pour la présidentielle.

Jean-Luc Gleyze a présenté ses voeux en compagnie de ses vice-président(e)s. - Radio France
Jean-Luc Gleyze a présenté ses voeux en compagnie de ses vice-président(e)s. © Radio France - Yves Maugue