Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Les élections européennes 2019

Gironde : un intérêt timide pour les élections européennes, à deux mois du scrutin

lundi 25 mars 2019 à 20:32 Par Camille Huppenoire, France Bleu Gironde

Le 26 mai prochain, les Français sont appelés aux urnes pour les élections européennes. Un scrutin qui peine à intéresser et à mobiliser les électeurs, à deux mois de l'échéance.

Drapeau européen, illustration.
Drapeau européen, illustration. © Maxppp - Thibaud MORITZ

Bordeaux, France

Le compte à rebours est lancé pour les élections européennes. Dans deux mois, le 26 mai prochain, les Français éliront leurs eurodéputés. Mais la campagne semble avoir bien du mal à démarrer et à intéresser, pour ce scrutin souvent boudé : il y a cinq ans, en mai 2014, l'abstention avait atteint 56% en France. Du côté des partis politiques, tout n'est pas bouclé non plus. Les listes et les budgets doivent être affinés.  Malgré l'approche du scrutin, les élections européennes sont donc loin d'être sur le devant de la scène en France. 

A Bordeaux, une petite centaine de personnes pour le débat de trois eurodéputés

Dans la perspective des élections européennes, un débat était organisé ce week-end à Bordeaux, à l'initiative du Mouvement européen France, une association trans-partisane en faveur de la construction de l'Europe. Trois eurodéputés, sur les dix que compte le Sud-Ouest, étaient présents : Eric Andrieu (PS), Virginie Rozière (Radicaux de gauche) et Joëlle Mélin (RN). Mais la salle, à Mériadeck, était loin d'être pleine, avec une petite centaine de personnes venue assister au débat. 

La mobilisation est très compliquée...

Jean-Michel Arrivé, président de la section Gironde du Mouvement européen France, ne cachait pas être un peu déçu. "Il faut reconnaître que la mobilisation est très compliquée, je pense qu'il y a une sensation d'éloignement des Européens, qui ont l'impression de ne pas comprendre, de ne pas être proches des débats européens."

Jean-Michel Arrivé : "Il est important que les citoyens prennent la mesure de l'importance de donner son opinion"

Dans la salle, il y a peu de jeunes électeurs, ce que les participants au débat ont également regretté. Michel, venu avec son épouse pour assister au débat, a lui déploré l'absence des gilets jaunes, qui manifestaient au même moment à quelques rues de là. "Les manifestations laisseraient penser que les gens sont beaucoup plus investis dans la vie politique, mais en fait, je crains qu'il y ait de l'abstention." L'abstention, c'est aussi la grande crainte des eurodéputés. En désaccord sur à peu près tous les sujets abordés durant le débat, les députées européennes Joëlle Mélin et Virginie Rozière s'accordent cependant sur un point : la nécessité de voter. 

Reportage - A 2 mois du scrutin, un intérêt timide pour les élections européennes

Il reste deux mois pour convaincre les électeurs de se rendre aux urnes. Cela passe, pour Eric Andrieu, par de la pédagogie pour rendre les questions européennes moins obscures. Même si l'eurodéputé socialiste reconnaît que les élections européennes passent au second plan en raison, notamment, de l'actualité en France.