Politique

VIDEO | Goodyear : Manuel Valls juge la sanction lourde mais condamne la violence

Par Eric Turpin, France Bleu Picardie vendredi 15 janvier 2016 à 11:00

Le Premier ministre Manuel Valls au Sénat
Le Premier ministre Manuel Valls au Sénat © Maxppp - François Lafite

Le Premier ministre Manuel Valls a reconnu jeudi au Sénat que la peine de neuf mois de prison ferme pour les ex huit salariés de Gooyear était lourde mais a estimé qu'il ne fallait pas basculer dans la violence.

Interpellé jeudi au Sénat sur la condamnation de huit anciens salariés de Goodyear à neuf mois de prison ferme pour avoir séquestré deux cadres de l'entreprise pendant 30 heures, le Premier ministre Manuel Valls a reconnu qu'il s'agit d'une peine « indéniablement lourde » mais il a ajouté qu'il fallait « si possible, ne jamais basculer dans la violence »

Alors que le gouvernement et François Hollande sont montrés du doigt, Manuel Valls a rappelé que « la justice est indépendante. Certains n'arrivent pas à s'y faire mais c'est la réalité du fonctionnement démocratique de ce pays. Non le procureur n'est pas le représentant du gouvernement »

Le Premier ministre a critiqué également Maurice Taylor, PDG du groupe Titan, un temps candidat à la reprise : « Pour moi, être un dirigeant d'entreprise, ce n'est pas mettre de l'huile sur le feu. Ce n'est pas pousser l'autre à la faute. Ce n'est pas insulter le pays où il veut s'implanter et les salariés »

Rappelant que les huit salariés de Goodyear avaient fait appel de la décision, Manuel Valls a invité à faire confiance à la justice. « Il n'y aura jamais dans notre pays de criminalisation de l'action syndicale et je n'accepterai jamais le soupçon et le sous-entendu ».   

A LIRE AUSSI ► Goodyear : 9 mois de prison ferme pour la séquestration de deux cadres