Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Grand débat dans le Nord, le bilan : des discussions "intéressantes" mais un public "trop homogène"

-
Par , France Bleu Nord

339 réunions publiques ont été organisées dans le cadre du Grand débat pendant deux mois dans le département du Nord.Trois garants ont suivi une partie de ces échanges. Ils ont dressé le bilan, contrasté, ce mercredi.

Thérèse Lebrun, Jacques Vernier et Philippe Le maire, les trois garants du grand débat dans le Nord, aux côtés du sous-préfet de Cambraui.
Thérèse Lebrun, Jacques Vernier et Philippe Le maire, les trois garants du grand débat dans le Nord, aux côtés du sous-préfet de Cambraui. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Lille, France

Clap de fin pour le grand débat national ! Après la Bretagne mardi, Emmanuel Macron est en Corse ce jeudi. Il va rencontrer cent-cinquante maires de l'île. C'est sa quinzième et dernière rencontre avec des élus dans ce cadre.

Dans le Nord, après deux mois d'échanges (du 15 janvier au 15 mars), la préfecture recense 129 cahiers citoyens, plus de 44 000 contributions citoyennes en ligne et 339 réunions publiques. Chacune comptait entre 10 et 250 participants. Mais au-delà des chiffres, que retenir ?

Beaucoup de retraités, peu de jeunes

Un quart de ces réunions ont été suivies par les trois garants du grand débat dans le département. Parmi eux, Thérèse Lebrun, l'ancienne rectrice de l'université catholique de Lille. Elle a assisté à une trentaine de réunions publiques. Elle regrette que le public n'était pas forcément très représentatif des Français : "Il y avait beaucoup de personnes âgées, au-delà de soixante ans. Il n'y avait pas beaucoup de jeunes, au mieux des quarantenaires. Je n'ai pas non plus vu des gens très pauvres très précaires, très pauvres ou au contraire très riches et faisant partie de "l'élite". C'était plutôt des gens de la fonction publique ou des retraités engagés dans la vie citoyenne locale."

Thérèse Lebrun, garante du grand débat dans le Nord

Philippe Lemaire, autre garant, magistrat honoraire, retient que tout s'est déroulé dans le calme : "J'ai vu des gens qui venaient volontairement pour refaire de la politique, en disant "on peut s'exprimer librement, il faut en profiter". Les gens ne sont pas forcément d'accord mais se respectent, se laissent la parole. C'est une belle preuve de capacité démocratique."

Premières annonces attendues mi-avril

Thérèse Lebrun souligne aussi "des débats de qualité avec des gens intéressés et intéressants heureux de débattre". Mais elle alerte sur un point : "Tous disent qu'ils ont le sentiment de ne pas être écoutés depuis quarante ans. Suite à leur participation au grand débat, ils attendent vraiment que des décisions soient prises." La synthèse nationale du grand débat sera présentée lundi au gouvernement. Les premières annonces sont attendues mi avril.

Parmi les propositions évoquées dans le Nord : développer les transports publics ou réindexer les retraites sur l'inflation. Ces revendications recoupent en partie celles des gilets jaunes pour Jacques Vernier, le coordinateur du grand débat dans le département : "Il y a peu de divergences sur la fiscalité ou le pouvoir d'achat il y a peu de divergences entre le mouvement des gilets jaunes et ce qui ressort de ces réunions locales. En revanche il y en a sur l'élection des députés à la proportionnelle ou le référendum."

Selon lui il y a également une grosse demande pour accompagner deux transitions : "D'abord, écologique, en aidant davantage les familles à isoler leur logement par exemple. Et puis la transition numérique : beaucoup de Nordistes s'inquiètent de la dématérialisation des services publics." Il regrette néanmoins que le thème du chômage n'ait quasiment pas été abordé.

Le rapport des trois garants fait 359 pages, vous pouvez le lire en intégralité sur le site de la préfecture du Nord.

Choix de la station

France Bleu