Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Grand débat : "Il y a des Français intéressés" assure François de Rugy, en déplacement à Bordeaux

lundi 14 janvier 2019 à 15:21 Par Camille Huppenoire, France Bleu Gironde et France Bleu

Venu ce lundi à Bordeaux pour ouvrir les Rencontres nationales Santé environnement, le ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy a affiché sa confiance pour le grand débat national à venir. Il en est certain, les Français seront nombreux à y participer.

Le ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy, la secrétaire d'Etat Brune Poirson (g.), la ministre de la Santé Agnès Buzyn (d.)
Le ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy, la secrétaire d'Etat Brune Poirson (g.), la ministre de la Santé Agnès Buzyn (d.) © Radio France - Camille Huppenoire

Bordeaux, France

Le grand débat national est accueilli avec méfiance par une grande partie des Gilets jaunes, notamment ceux qui occupent depuis bientôt deux mois les ronds-points. Un scepticisme qui n'affecte pas François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, en déplacement à Bordeaux pour ouvrir, en compagnie de sa secrétaire d'Etat Brune Poirson et de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, les Rencontres nationales Santé Environnement, qui se déroulent au Palais des Congrès ce lundi et ce mardi. 

"Il y a des Français qui sont intéressés, qui ne sont en quelque sorte pas des grandes gueules de la politique, mais qui ont envie de contribuer au débat" a assuré François de Rugy, qui compte notamment sur une majorité restée silencieuse ces derniers mois pour participer au débat. Il le croit, "les Français seront apporteurs de solutions dans ce débat." Tout en restant ferme sur certaines lignes rouges rappelées dans la lettre du président Emmanuel Macron aux Français. 

La France ne s'arrête pas de tourner parce qu'il y a un mouvement de protestation ou parce que nous organisons un grand débat.

Pour François de Rugy, pas question pour le gouvernement de revenir sur certaines mesures, notamment les réformes sur la fiscalité sur le patrimoine, dont la suppression de l'ISF. "Il n'y aurait rien de pire que de changer de pied au bout de quelques mois pour un certain nombre de mesures qui viennent tout juste d'entrer en vigueur." Le grand débat n'empêchera pas non plus, dans les semaines à venir, le gouvernement de mener sa politique :"La France ne s'arrête pas de tourner parce qu'il y a un mouvement de protestation ou parce que nous organisons un grand débat."

Une pique adressée à l'opposition

Interrogé sur les réactions plutôt sceptiques dans les rangs de l'opposition politique, François de Rugy a déclaré n'être "pas surpris qu'un certain nombre d'acteurs politiques, qui sont dans l'opposition, qui pour certains n'ont jamais digéré le résultat des élections de 2017, évidemment profitent de l'occasion pour redoubler dans l'opposition." 

François de Rugy : "Lorsqu'on propose un débat, ils le boycottent...c'est leur droit"