Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Grand débat : "Je ne me prêterai pas à une mascarade" affirme Jacques Breillat (LR)

vendredi 11 janvier 2019 à 10:40 Par Yves Maugue, France Bleu Gironde

Invité de "Vendredi Politique" sur France Bleu Gironde, le maire de Castillon-la-Bataille et n°2 des Républicains en Gironde s'inquiète des conditions d'organisation du Grand débat national que doit lancer Emmanuel Macron mardi pour résoudre la crise des Gilets jaunes.

Jacques Breillat invité de "Vendredi Politique"
Jacques Breillat invité de "Vendredi Politique" © Radio France - Stéphanie Brossard

Bordeaux, France

Alors que le Grand débat national se prépare et à la veille de l'acte 9 du mouvement des Gilets jaunes, Jacques Breillat était l'invité ce vendredi matin de l'émission de France Bleu Gironde "Vendredi Politique". Le maire de Castillon-la-Bataille, président du groupe d'opposition au Conseil départemental de la Gironde et vice-président du parti Les Républicains en Gironde s'est notamment exprimé sur ses attentes concernant le grand débat. 

Il se montre assez dubitatif quant à son organisation. "J'ai reçu hier une demande de la préfecture pour faire remonter les cahiers de doléances d'ici mardi prochain, affirme-t-il. Il faut arrêter de se moquer du monde. Soit on organise vraiment un débat, dans le respect des uns et des autres, soit on nous demande de nous prêter à une mascarade et je n'ai pas envie de perdre la confiance de mes administrés".

Retrouvez l'intégralité de "Vendredi Politique" :

Jacques Breillat invité de "Vendredi Politique".