Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Politique

Grand débat national : Chantal Jouanno n'a pas de regret

mardi 12 mars 2019 à 13:15 Par Véronique Saviuc, France Bleu Isère et France Bleu

Chantal Jouanno, la présidente de la Commission Nationale du Débat Public, est à Grenoble pour les "Rencontres de la Participation" ce mardi. Celle qui a renoncé à piloter le Grand Débat National s'interroge toujours sur la méthode et les suites de cette consultation voulue par Emmanuel Macron.

Chantal Jouanno, invitée des "Rencontres de la Participation à Grenoble, commente le Grand Débat National au micro de France Bleu Isère
Chantal Jouanno, invitée des "Rencontres de la Participation à Grenoble, commente le Grand Débat National au micro de France Bleu Isère © Maxppp -

Grenoble, France

Selon Chantal Jouanno, la présidente de la Commission Nationale du Débat Public, les chiffres de participation au Grand Débat National sont inférieurs à ce qui était prévu, inférieurs à ceux d'autres consultations, sur l'école par exemple. 

Chantal Jouanno aurait dû animer ce Grand Débat. Elle a renoncé à cause de la polémique autour de sa rémunération comme présidente de la CNDP (14.666 euros par mois, soit 176.000 euros annuels). Elle avait aussi des réserves sur les modalités de cette consultation nationale lancée par Emmanuel Macron pour répondre au mouvement de colère exprimé par les "Gilets Jaunes". 

Des réticences sur les modalités du Grand Débat

"Est-ce que ça changera quelque chose" , s'interroge-t-elle "C'est la question qui s'est posée dès l'origine. Comment le gouvernement va prendre en compte les résultats et qui va écrire les conclusions ? Ce sont deux points majeurs qui n'ont jamais été clarifiés et qui sont à l'origine des réticences de la CNDP pour piloter ce Grand Débat jusqu'à son terme". 

Les questions restreignent les thèmes abordés et orientent les réponses, c'est contraire au principe même de la participation - Chantal Jouanno

Autre réserve de la Commission Nationale, le champ trop restreint des questions abordées dans ce débat. "La consultation repose beaucoup sur des questionnaires, le problème, c'est que les questions sont forcément biaisées : elles restreignent le champ des thèmes abordés et la façon dont elles sont posées orientent les réponses" analyse l'ancienne ministre de François Fillon. "C'est contraire à tout principe de participation. Quand on fait un débat public, ce n'est pas à vous de poser des questions à la population, c'est à la population de dire ce qu'elle pense. C'est dans l'autre sens que ça se passe, c'est fait pour éclairer le décideur et non pas pour légitimer des décisions". 

C'est au président de la République de juger du bon niveau de mon salaire - Chantal Jouanno

Chantal Jouanno comprend la polémique née de la révélation de son salaire (fixé par une grille de rémunération) surtout dans le contexte des Gilets Jaunes pour une meilleure justice sociale. Mais pour elle, c'est au président de la République de  juger du bon niveau de son salaire "comme ceux des autres autorités administratives indépendantes puisqu'on est tous dans les mêmes grilles de rémunération".

La Commission Nationale du Débat Public existe depuis plus de 20 ans

On ne le sait pas forcément, mais la Commission Nationale du Débat Public existait bien avant le lancement du Grand Débat, depuis plus de 20 ans pour organiser la participation des citoyens sur les grands projets. "On a actuellement 80 dossiers en cours. Cela peut être l'agrandissement de l'aéroport Charles-De-Gaulle, c'est un projet à 10 milliards d'euros, l'enfouissement des déchets nucléaires, c'est un débat qui va bientôt s'ouvrir, comment vous, français, souhaitez qu'on gère ces déchets" explique-t-elle.

Le rôle de la CNDP : rendre accessibles et compréhensibles des informations justes sur les projets

"Notre rôle en tant qu'autorité indépendante est de veiller à ce que toutes les paroles s'expriment, qu'on ne gomme pas les paroles qui dérangent, même les plus atypiques. Et surtout que les informations données soient vraies et justes. Souvent les porteurs de projet ne présentent que les bons aspects, ils essaient de mettre de côté ce qui dérange. C'est à nous de faire la transparence sur les informations, demander des contre-expertises si besoin, de faire en sorte que l'information soit compréhensible et accessible

Dommage qu'on ne puisse pas s'autosaisir sur des projets - Chantal Jouanno

Chantal Jouanno rappelle comment peut être saisie la CNDP (par 10.000 citoyens sur un projet, par 500.000 citoyens pour de grandes réformes) et regrette qu'elle ne puisse pas s'autosaisir : "Dommage, on aurait plein d'idées !" conclut-elle dans un sourire. 

Chantal Jouanno, présidente de la CNDP répond aux questions de France Bleu Isère